Alerte Infos

11 novembre avec le consul de Madagascar

Mercredi 12 Novembre 2014

La commémoration de l'armistice du 11-Novembre a été l'occasion pour la commune de rendre hommage également aux militaires étrangers venus défendre la France loin de leur patrie d'origine
La commémoration de l'armistice du 11-Novembre a été l'occasion pour la commune de rendre hommage également aux militaires étrangers venus défendre la France loin de leur patrie d'origine
Une très belle cérémonie de commémoration du 11-Novembre s'est tenue dans le chef-lieu de canton, en présence de Jérémie Gordien Ravahimanana, consul honoraire de Madagascar pour le Grand Ouest...


accueilli par Yves Bleunven, maire, Eugène Le Gouarin et Marcel Le Talour membres de l'Unacita et Rudolph Klanecek, président de l'association. Après avoir formé un cortège en direction de la place du Souvenir-Français, les élus ont déposé une gerbe au pied de la stèle avant de se rendre en silence au cimetière pour déposer des fleurs devant le monument aux fusillés.

Les participants se sont ensuite rendus sur la tombe du soldat malgache Makoa, où le consul a fait une brève allocution, avant de se rendre toujours silencieusement à l'église pour la messe du souvenir. La fin de la matinée s'est déroulée près du monument aux Morts pour une cérémonie orchestrée par la lecture de la lettre du secrétaire d'État aux anciens combattants Kader Arif, suivi du discours de l'Unacita par Albert Colleter. Yves Bleunven, accompagné d'un jeune de la commune a alors déposé une gerbe de fleurs avant une minute de silence précédée de la sonnerie aux morts. Le colonel Julien Le Tutour, béret rouge, a ensuite remis la croix du combattant à Philippe Jégousse et Romain Marie et la médaille de porte-drapeau à Adrien Goïc.

La journée s'est poursuivie par un banquet à l'Espace 2000 au cours duquel, Yves Bleunven a remis la médaille d'honneur de l'Unacita à Hélène Le Talour.
En complément des soldats étrangers morts à Grand-Champ Le cimetière abrite la sépulture d'un jeune soldat malgache dit « Makoa » du fait de son appartenance à cette ethnie, mort le 17 décembre 1917 à l'âge de 21 ans. Il faisait partie du 20ème bataillon des tirailleurs malgaches. En effet, dès 1915, la France fait appel à ses « troupes coloniales » pour renforcer son potentiel militaire. C'est ainsi que 40.000 soldats malgaches arriveront en métropole, la plupart du temps affectés à l'artillerie et autres services. Ils sont utilisés comme travailleurs pour assurer le fonctionnement de l'économie et pour aménager des structures civiles ou militaires. Le bataillon du soldat « Makoa » est occupé aux travaux de construction et d'aménagement du nouveau camp de Meucon, destiné à accueillir plus de 8.000 soldats américains en 1918. Les Malgaches basés à Grand-Champ ont principalement été affectés à l'approvisionnement en eau du camp, en creusant un grand réservoir près de la fontaine de Burgo. Ils ont également ouvert une voie dans Locméren des prés pour permettre le passage de camions transportant sable, ciment et ferrailles.

(source : letelegramme.fr)

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar