Alerte Infos

66 kg d’or dans ses valises : le Réunionnais nie être un trafiquant

Vendredi 8 Mars 2013

Venant de Nosy Be, Wilson Lauret est arrivé à l’aéroport de Pamandzi, à Mayotte, avec 66 kilos d’or dans ses valises. Il nie être un trafiquant et demande sa remise en liberté. (Photo LYL)
Venant de Nosy Be, Wilson Lauret est arrivé à l’aéroport de Pamandzi, à Mayotte, avec 66 kilos d’or dans ses valises. Il nie être un trafiquant et demande sa remise en liberté. (Photo LYL)
Le Réunionnais interpellé à Mayotte avec 66 kg d’or dans ses bagages nie être un trafiquant et conteste son placement en détention provisoire. (source : clicanoo.re)

Wilson Lauret affirme qu’il avait accepté de faire le voyage vers Dubaï pour le compte d’hommes d’affaires malgaches. Et que le métal jaune n’a pas une origine frauduleuse.

MAYOTTE

L’affaire n’en finit pas de susciter des commentaires et interrogations mêlés de fantasmes. L’arrestation, la semaine dernière à Mayotte, d’un Réunionnais d’une trentaine d’années qui arrivait de Madagascar avec 66 kg d’or dans ses bagages, pour une valeur estimée à 2,5 millions d’euros, reste inédite dans l’île Hippocampe. Son caractère exceptionnel « fait tourner les têtes », soupire-t-on au palais de justice à Mamoudzou.

Dans l’archipel, toute une partie de l’opinion se demande si le territoire n’est pas devenu l’escale obligé d’un trafic organisé vers Dubaï à partir de Madagascar qui possède des mines d’or et dont l’Etat parvient difficilement à contrôler le commerce. Dans la Grande Ile, l’affaire est évidemment suivie de près. Elle fait ressortir cette réalité que le pays est vidé de ses richesses nationales. Un journal n’hésite pas à stigmatiser la communauté karana. La Gazette pointe du doigt la responsabilité des dirigeants du pays et le lancinant problème de la corruption.

A la Réunion, l’histoire intrigue aussi. Pour des raisons différentes. Beaucoup cherchent à savoir qui est Wilson Lauret et comment a-t-il pu se retrouver à voyager avec une telle quantité d’or dans ses valises ? “Certains en sont à se demander s’il n’aurait pas monté un business très lucratif auquel personne n’a encore songé ici ?, observe en souriant un policier.

D’une autre façon, ce sont bien les mêmes questions que se posent les autorités judiciaires de Mayotte où le dossier reste hors-norme. « Ce que nous savons sur cette affaire est que nous ne savons pas grand-chose », coupe le procureur Philippe Faisandier en rappelant qu’une « série de vérifications sont en cours ».

Les soupçons du magistrat se portent pour l’instant sur un trafic organisé s’appuyant sur une logistique bien cachée. Pour cette raison, il a fait ouvrir une information judiciaire. A charge pour le juge d’instruction de déterminer si les 66 kilos ont une origine frauduleuse. En attendant, Wilson Lauret a été mis en examen pour “usage de faux et blanchiment en bande organisée ?, puis placé en détention provisoire.

MIS EN EXAMEN POUR USAGE DE FAUX ET BLANCHIMENT EN BANDE ORGANISÉE

Cela n’est pas écrit dans la procédure mais les soupçons qui pèsent sur Wilson Lauret sont, aux yeux de la justice, renforcés par son passé judiciaire. Le Réunionnais a été condamné en 2008 à une peine d’un an de prison dont six mois avec sursis dans une affaire d’escroquerie jugée par le tribunal correctionnel de Saint-Denis. Un mandat d’arrêt avait été décerné à son encontre. C’est pour cette raison que ce sont les fonctionnaires de la Police aux frontières et non ceux de la douane qui l’ont interpellé.

Car le voyageur arrivé à l’aéroport de Pamandzi sur le vol Air Austral venant de Nosy Be est allé de lui-même signaler ses 66 kg d’or aux douaniers en leur présentant plusieurs documents certifiant l’origine de la marchandise. Wilson Lauret comptait également laisser la marchandise en dépôt puisqu’il était en transit, le temps de prendre le vol de Kenya Airways pour Dubaï.

Pour l’avocat du Réunionnais, Me Eric Hesler, le fait que son client aille se présenter aux douaniers indique bien qu’il « n’avait rien à se reprocher ». « Aucun indice ne vient prouver que cet or a une origine frauduleuse, observe le conseil. Ce dossier a suscité beaucoup d’effervescence. Mais il est temps de reconnaître que cette agitation est davantage liée à la quantité d’or particulièrement importante à l’échelle d’une île comme Mayotte mais aussi de la valeur de cette marchandise ».

Face aux gendarmes lors de sa garde à vue, Wilson Lauret a farouchement contesté être un trafiquant en arguant qu’il savait pertinemment qu’il devait déclarer la marchandise (Le Journal de l’Ile du 28 février). Il contesterait aussi avoir tenté de contourner pour le compte des propriétaires de l’or la législation malgache qui veut que le commerce de l’or passe par la Banque centrale.

"Il faut des éléments de preuve, pas des intuitions"

Selon lui, la marchandise était sortie de Madagascar avec les documents nécessaires. Installés à Nosy-Be, patron d’une entreprise de moteurs de bateaux, Wilson Lauret aurait, selon une source judiciaire, accepté de transporter les 66 kg d’or pour des hommes d’affaires malgaches moyennant une commission. Il aurait également expliqué que ce n’était pas la première fois qu’il faisait le voyage sans être inquiété. Ce qui est confirmé par des éléments retrouvés par la Police aux frontières. Etant de nationalité française, il lui était beaucoup plus facile de passer la frontière à Mayotte lors du transit. A Dubaï, le jeune homme devait négocier la vente de cet or malgache. « La capitale des Emirats Arabes Unis est une plaque tournante du commerce de l’or et il est très facile d’en vendre, souligne un spécialiste parisien. Il existe une forte demande de matière première pour fabriquer des bijoux ». La façon dont Wilson Lauret transportait de l’or paraît toutefois peu orthodoxe. « Je ne comprend pas comment on peut se promener avec une telle quantité d’or, ajoute ce spécialiste. Simplement pour des questions de sécurité. Un bagage peut disparaître ou peut être fouillé par des agents aéroportuaires malveillants. Risquer de perdre autant d’argent de cette façon, c’est quand même très surprenant ».

Pour l’avocat du Réunionnais, ce genre d’élément ne constitue pas pour autant des indices graves justifiant une incarcération. « Il n’y a rien qui fasse penser à un trafic, argumente Me Eric Hesler. Il faut des éléments de preuve, pas des intuitions. C’est pour cette raison que je vais demander la remise ne liberté de mon client et l’annulation de la mise en examen ». Ce sera bientôt à la chambre de l’instruction de la cour d’appel de se prononcer sur le sort de Wilson Lauret en mesurant les éléments à charge et à décharge

Jérôme Talpin

N.R.


1.Posté par AlfrTult le 09/11/2015 17:18 (depuis mobile)
The biosynthesis of the calcium carbonate crystals and the associated matrix occurs during fetal development.Write the number of the correct structure in the blanks provided.Modern chiropractic has refined Palmers techniques but its main attention is

2.Posté par AlfrTult le 12/11/2015 03:13 (depuis mobile)
The posterior electrode is placed on the patient s left below the pectoral muscle.P gh v Constant Chapter The Motion of Fluids A v Segment Segment A v FIGUREProlactin has been shown to inhibit the dopaminergic incertohypothala

3.Posté par CharlGuen le 16/09/2016 21:33 (depuis mobile)
.Some medications such as acamprosate and naltrexone been used clinically in the treatment of alcohol dependence compared to other drugs until clinical knowledge accumulated the results of experimental studies on certain drugs to encourage indepth re

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar