Alerte Infos

Ablassé Ouedraogo sur RFI : "surtout ne pas faire le choix à la place du peuple malgache"

Lundi 24 Juin 2013

Ablassé Ouedraogo, diplomate et économiste burkinabé
Ablassé Ouedraogo, diplomate et économiste burkinabé
Lu sur le net : A Madagascar, la crise politique dure depuis quatre ans. Et l'élection présidentielle est repoussée au 23 août. (source : rfi.fr)

Trois candidats à ce scrutin font débat : Andry Rajoelina, Didier Ratsiraka et Lalao Ravalomanana. La SADC et la France menacent de ne pas reconnaître le résultat de cette élection s'ils persistent à y concourir. Ablassé Ouedraogo fut envoyé spécial de l’Union africaine à Madagascar en 2009. Pour lui, la SADC fait partie du problème malgache. Il l’accuse même de prendre partie dans le conflit, mais insiste sur la recherche d'une solution.

RFI : Bonjour Ablassé Ouedraogo… La communauté internationale a-t-elle raison, selon vous, de boycotter les trois candidats contestés ?

Ablassé Ouedraogo : Quand je regarde ce qui se passe actuellement à Madagascar, je pense que la communauté internationale devrait accompagner les Malgaches pour la recherche d’une solution pacifique, d’une solution constitutionnelle. Et cela c’est, bien sûr, l’organisation d’élections. Maintenant, est-ce raisonnable de continuer à contester trois candidats ? C’est vrai que ces candidatures ne respectent pas toute la légalité, mais la situation des Malgaches est telle que, après quatre ans de crise, il vaut mieux chercher la solution. Et la solution, nous, nous disons qu’avec une pléthore de candidatures – une pléthore parce qu’il y a 41 candidatures – il suffit de responsabiliser les Malgaches, de leur faire confiance, et ils feront le bon choix pour eux-mêmes ! Chaque peuple mérite ses dirigeants. Et pour le cas de Madagascar, le choix est assez vaste pour que trois personnes ne viennent pas bloquer tout le processus électoral.

Est-ce que, quand même, Ablassé Ouedraogo, cela n’envoie pas un mauvais signal ? Le fait que ces trois candidats n’aient pas respecté les règles, Laola Ravalomanana et Didier Ratsiraka n’ont pas résidé à Madagascar six mois avant le scrutin, Andry Rajoelina qui avait pourtant promis lui, de ne pas se présenter, a déposé sa candidature hors délai. Est-ce que leur retrait ne garantirait pas une élection plus sereine ?

Ce que vous dites est exact. Mais je voudrais attirer votre attention sur le fait que la crise perdure depuis quatre ans. Et quand vous allez à Madagascar, la souffrance de la population, la pauvreté de la population sont visibles. Voilà un peuple, un brave peuple qui est pris en otage par ses hommes politiques.

Est-ce que la communauté internationale comprend la souffrance du peuple malgache ? Il faudrait donc accompagner le processus et aller jusqu’à la mise en place de cette solution constitutionnelle. Il n’appartient pas à la communauté internationale de venir imposer qui que ce soit, dans un pays. Sinon cela devient dramatique. L’extérieur n’a pas besoin de venir tout le temps – j’allais dire – s’ingérer, surtout ne pas faire le choix à la place du peuple malgache.

Vous-même, vous avez mené cette médiation il y a trois ans, une médiation qui en fait, comme toutes les autres jusqu’à présent, n’a pas abouti à une résolution de la crise. Etes-vous réellement bien placé pour délivrer des conseils ?

Non, je pense que comme quelqu’un le dit, signer un accord c’est bien. Mais ce qui est mieux c’est de mettre en application cet accord. Nous, nous avons accompagné les Malgaches et le 6 novembre 2009, nous avions bouclé le processus. Et on avait même commencé à constituer un gouvernement avec le Premier ministre Mangalaza.

Il restait seulement cinq postes à pourvoir et on a dit : bon… dans le cadre de la souveraineté de Madagascar, que les hommes politiques se parlent entre eux à Madagascar et complètent le gouvernement. Et malheureusement, comme je le dis, au mois de décembre 2009, le dossier a été rouvert. C’était du 4 au 9 décembre, avec une réunion convoquée par le président du Mozambique, qui demandait aux chefs, aux leaders politiques malgaches, de venir. Et à cette réunion, Monsieur Rajoelina n’y est pas allé. Et cette réunion a abrogé, donc, la Charte de la Transition et même révoqué le Premier ministre. Voilà la situation dans laquelle se trouve Madagascar. Et malheureusement, de mal en pis, la situation ne fait que se détériorer. C’est ce que je déplore !

Ça veut dire que la SADC, la Communauté d’Etat d’Afrique Australe, fait également partie du problème, selon vous ?

Ah oui ! c’est clair ! Vous savez que quand vous faites de la médiation, vous finissez par prendre partie ! Et pour le cas spécifique de Madagascar, on peut le dire sans risquer de se tromper, que la SADC fait partie du problème malgache. Si on n’avait pas réouvert le dossier malgache au mois de décembre 2009, aujourd'hui la crise malgache aurait été derrière nous.

Et d’ailleurs, je pense que sincèrement, il faut aller de l’avant, dans la mesure où la feuille de route qui a été élaborée et acceptée, n’a rien de différent par rapport aux accords qui avaient été négociés à Maputo et à Addis Abeba. Donc, que la sous-région cherche à trouver la solution, en tenant compte de la souffrance de la population. Et c’est ça, le drame !

Alors seriez-vous prêt à reprendre du service ?

Non, il y a beaucoup d’intelligence en Afrique pour aider les Malgaches à résoudre la crise. Mais que les Malgaches comprennent que la première personne qui va résoudre la crise, ce sont les Malgaches eux-mêmes. Personne ne viendra faire le beurre à leur place.

Par Anthony Lattier
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar