Alerte Infos

Alliance pour le changement démocratique : pour un nouvel ordre constitutionnel démocratique

Mardi 26 Avril 2011

Manorohanta Cécile, ancienne Vice-Premier Ministre de l’Intérieur du second gouvernement de Monja Roindefo...
Manorohanta Cécile, ancienne Vice-Premier Ministre de l’Intérieur du second gouvernement de Monja Roindefo...

Ils sont sept signataires, dont une femme, et quatre anciens responsables politiques du pays, à s’être manifestés à travers un communiqué pour contester le régime de transition.

Manorohanta Cécile, ancienne Vice-Premier Ministre de l’Intérieur du second gouvernement de Monja Roindefo, et ancienne Ministre de la Défense sous le régime de Marc Ravalomananana, Enseignant Chercheur à l’Université d’Antsiranana, est l’unique femme du groupe.

Viennent ensuite le Pr Tehindrazanarivelo Alain, ancien Vice-Premier Ministre de la Santé , et parmi les principaux animateurs de l’ESCOPOL - Espace de concertation des partis et associations politiques - , Président du parti politique ENINA et a été proposé au poste de Premier Ministre de consensus ;

Ensuite Ranjatoelina Roland, ancien Ministre des Transports du gouvernement démissionnaire de Camille Vital, ancien cadre de la compagnie aérienne Air Madagascar, sollicité par Marc Ravalomanana mais qui s’est retiré lors du contrat scandaleux avec la Lufthansa Consulting ; autre ancien ministre sous le régime de Didier Ratsiraka, Imbiki Anaclet, juriste de son état, et souvent présent dans les commissions juridiques importantes du pays ;

le Général des forces armées (retraité) Manakany Claude, ancien Directeur des Ressources humaines de l’Armée, proposé parmi les candidats à la Primature après le paraphe de la feuille de route ;

un autre juriste, Me Rahetilah Jonah, ancien Avocat Général, ayant fait partie du Tribunal Pénal International du Rwanda, et enfin, Jean Jules Harijaona, Enseignant Chercheur, vice-président de l’Université.

Ces éminents intellectuels parmi les nombreux que compte le pays ont donc décidé de formuler, d’une voix commune, leurs préoccupations sur la situation du pays. Leur texte publié - en français - dans les médias de la Capitale se présente comme une interpellation du régime actuel.

Les membres de la Nouvelle alliance, ou plate-forme, remettent en cause de nombreux points, tels que la liberté des médias notamment la couverture territoriale exclusive des médias d’Etat.

Ils remettent en cause également la Constitution , estimant qu’il est « absolument nécessaire (…) d’abandonner toute forme de régime répressif (…) en rédigeant et faisant adopter une Constitution authentiquement démocratique (…), en réformant le système électoral… »

La communauté internationale est également concernée par l’appel de la Nouvelle alliance, dans la mesure où le groupement demande à celle-ci de reconnaître le bien-fondé de la solution qu’elle propose, à savoir entre autres, « l’institution d’organes provisoires chargés de concevoir, préparer, adopter, opérationnaliser le train de réformes et d’organisations appelées à aboutir à l’installation du nouvel ordre constitutionnel démocratique ».

La contribution de la communauté internationale, aux termes de ce manifeste, consisterait à appuyer le processus du point de vue politique, technique, diplomatique et financier.
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar