Brèves Madagascar

Ambanja : quand les ouï-dire déforment les informations partagées

Samedi 18 Mars 2017

parmi les victimes des balles
parmi les victimes des balles
Certaines informations qui se propageaient ont été démenties par les autorités concernant la situation à Ambanja.

Ces informations qui ont été véhiculées dans certains médias ont affirmé l’existence de pertes humaines lors du « sakoroka ». Si on revient au fait, jeudi dernier, un présumé assassin avait fait l’objet d’une arrestation par les forces de l’ordre. En effet, ce dernier aurait tué sauvagement une personne. Mais l’information sur l’arrestation du présumé assassin s’est vite propagée dans cette localité. Quelques instants après, une centaine de personnes s’est rassemblée devant la prison locale pour demander la libération du présumé pour lui faire subir la justice populaire. Les pénitenciers ont renforcé la défense du présumé assassin, mais la foule n’a rien voulu savoir, elle était déterminée à en finir avec le présumé criminel. Ainsi, les forces de l’ordre ont dû faire recours à leurs armes. Elles ont tiré en l’air pour disperser la foule. Bilan : 6 blessés par balle. Il y a eu des blessés, mais aucune perte humaine n’a été à déplorer. Contrairement à ce que certaines informations qui circulent dans les médias sociaux.

C’est la énième tentative de justice populaire à Madagascar, et surement pas la dernière. Les dirigeants devraient se sentir interpellés face à cette situation de non-confiance à la justice de la population.
Rakotofrancky

Infos Diaspora | Brèves Madagascar