Alerte Infos

Analakely : le mythe du Zoma ?

Lundi 11 Avril 2011

Analakely : le mythe du Zoma ?
C’est un fait : le centre ville de la Capitale malgache, en l’occurrence Analakely et ses environs, de Soarano à Ambohijatovo, en passant par l’Avenue de l’Indépendance et les pavillons, les lieux ne connaissent guère d’apaisement.

Analakely : le mythe du Zoma ?
Le phénomène des « petits boulots », de la mendicité et des marchands ambulants s’amplifie. S’agit- il d’inconscience, de désespoir ou de notre légendaire « moramora » ? Un semblant de discipline est perceptible pendant deux à trois jours, puis irrévocablement, la foule envahit à nouveau les croisements, trottoirs et rues, de l’Avenue entre les arcades aux abords du Lycée Jean Joseph Rabearivelo.

Parmi les « petits boulots » figurent les décodages de téléphones portables, réalisés dans des voitures garées devant les arcades. L’on compte aussi les acheteurs d’or, ces gens assis nonchalamment le long des jardins fleuris, ou debout devant l’Hôtel de Ville : ils hèlent les passants en murmurant : « Nous achetons de l’or Madame - ou Monsieur », à l’instar des échangeurs de devises, dont la phrase consacrée est : « Vous échangez des devises, dollars, euros, Madame - ou Monsieur ? ».


Analakely : le mythe du Zoma ?
Autrement, ce sont les vendeurs de sachets, les colporteurs de graines de cola, et même de feuilles de khat, de cacahuètes, etc. La rue ne se vide guère.

L’instauration de la journée continue, depuis la crise de 1991, a engendré la prolifération de gargotes à côté des marchands de friperies. Aujourd’hui, les élèves comme les employés de bureau ne rentrent plus, et mangent où ils peuvent et comme ils peuvent.




Analakely : le mythe du Zoma ?
Des bus sont transformés en restaurant ambulant ! Cette prolifération de monde dans la rue n’est pas sans rappeler l’ambiance des marchés du vendredi, le fameux Zoma. Avant sa suppression en 1997 par le Maire Guy Willy Razanamasy, certains axes de l’Avenue de l’Indépendance étaient coupés à la circulation automobile, les marchands déployant leurs étals et parasols à même la chaussée.

Mais le Zoma n’existe plus, du moins sous cette forme. Rétablir des trottoirs accessibles et une circulation automobile fluide demeure le défi permanent de la Commune Urbaine d’Antananarivo.
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar