Alerte Infos

André Virlouvet, une vie tournée vers Madagascar

Mardi 16 Juin 2015

Aujourd'hui, son pote Claude Lemesle est en concert à Saint-Gilles. « Dédé » aux mille et une histoires nous raconte sa vie malgache. Cette fois, c'est nous qui lui tendons le micro.

« Dédé Virlouvet », c'est une figure. Même à l'heure de la retraite, l'ancien « saltimbanquier » du Crédit Mutuel passe son temps à serrer des paluches. Il aurait fait un malheur en politique. « Cela ne m'intéresse pas. » Il ne s'agit pas ici de parler de ses talents d'animateur mais de Mada. Madagascar. Sacrée histoire qui lui tombe dessus, à ses quarante balais, à un tournant de vie amoureux, après une rupture. Cela commence par une petite annonce qui invite « à mettre de l'exotisme sur sa vie ». Bref, à recommencer une vie en entrant en correspondance avec des femmes africaines. « C'est un souvenir d'écolier, je n'étais branché que sur Madagascar, plus précisément la ville de Diego Suarez. »

Un jour, il reçoit une lettre écrite en bon français. Cela le séduit. Elle s'appelle Éléonore. « Je lui ai envoyé un billet d'avion. En France, j'ai fixé la cérémonie de mariage. » Un brin dingo, il ne l'a jamais vue. Pour la « cueillir » à l'aéroport, ce sont ses amis chansonniers paroliers, Sylvain Lebel et Claude Lemesle, - en concert aujourd'hui à Saint-Gilles-Croix-de- Vie - qui l'accompagnent.

Dans la voiture, « Dédé » connaît une désillusion : « Éleonore ne parlait pas français, c'est sa soeur qui avait écrit la lettre. » Cela ne l'empêche pas de sceller le mariage à Belleville et de rester quatorze ans avec son épouse malgache. Son premier voyage sur l'île, c'est en 1987. Une claque et une première « arnaque » : « À Diego Suarez, j'ai rencontré un beau-frère médecin. Je lui ai construit une maison pour qu'il y installe son cabinet. Peu après, je suis revenu à Madagascar. Mon beau-frère n'avait pas du tout installé son cabinet mais louait la maison pour son compte. »

La découverte d'un orphelinat ghetto

C'est en allant du côté de Tananarive qu'André Virlouvet découvre son père spirituel, Gaëtan Baranger. Il ouvre les yeux sur l'extrême pauvreté. Et sur la situation des plus jeunes. « J'ai découvert là-bas un orphelinat ghetto. Tous les quinze jours, j'acceptais le racket du directeur, arrivais à faire sortir cinq gamins afin qu'ils mangent autre chose que du riz et du manioc. » L'un de ses enfants se détache. Tovelah est considéré autiste : « Il manquait seulement d'affection. Je lui ai appris à marcher, courir, parler. » La fierté, ce sont les enfants.

Pour des écoliers, Dédé fait concevoir une centaine de blouses, « cela les met tous à égalité ». En France, il accueille trois enfants. L'une d'elle est l'arrière petite-fille du président Tsiranana, les deux autres sont ceux... que son épouse avait eus avant leur mariage. « Ils vivent toujours en France. »

Il ne compte pas sur la dépense, se surendette pour les enfants, ce qui est « une fierté » pour lui : « Grâce à Madagascar, je me suis créé une grande famille. » On pourrait aussi parler de son implication dans le domaine culturel, lui qui a pu inviter chez lui, en Vendée, une dizaine d'artistes plasticiens et musiciens.

On finira par cette action portée par l'association Afriqu'autrement, dont il quitte la présidence : l'acheminement de 5 000 livres et l'emploi de deux bibliothécaires à Mantasoa, dans la maison de Jean Laborde, un des piliers du renouveau de l'Alliance française.

Et de conclure par une devise : « Ny fianarana no lova tsara indrindra. » L'éducation est l'héritage le plus sûr.

Source : ouest-france.fr
N.R.


1.Posté par audifax pascal le 10/07/2015 23:35
je suis d'accord que l education et la base de tous , votre parcours est formidable

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar