Alerte Infos

Antananarivo : une manif d’étudiants tourne à la violence

Jeudi 25 Octobre 2012

En médaillon : Jean Eric Rakotoarisoa, vice-président de l’Université d’Antananarivo - photo source : meltycampus.fr
En médaillon : Jean Eric Rakotoarisoa, vice-président de l’Université d’Antananarivo - photo source : meltycampus.fr
Une fois de plus, l’Université d’Antananarivo a été le théâtre de violences. Les manifestants ont, pourtant, décidé de ne pas cesser leurs revendications. source :

La tension était à son comble, hier, au stationnement de taxi-be d’Ankatso. Les étudiants, manifestant leur colère face au non-paiement de cinq mois de leur bourse d’études, d’un côté, et les pointeurs de taxi-be, défendant farouchement leur gagne-pain, de l’autre, se sont échangé des coups de poing et des jets de pierre durant deux heures, jusqu’à 11 heures.

Le bilan matériel semble assez lourd. En effet, mis à part un étudiant blessé à la tête, cinq véhicules dont quatre taxis-be et une voiture particulière ont payé le prix fort de ces jets de pierre. Les vitres portières de ces véhicules ont été toutes endommagées.

Vers 9h30 du matin, la tension autour de la cour de la faculté de Droit, Économie, Gestion et Sociologie (DEGS) a déjà annoncé la couleur lorsque les manifestants ont commencé à faire sortir les étudiants des salles de classe. « Sortez où nous allons vous faire sortir par le maximum de bruit. Nous devrions réunir nos forces pour que l’État entende une bonne fois pour toutes notre colère », a crié une manifestante, secondée par des coups de sifflet.

Ayant convaincu quelques étudiants de suspendre leurs cours, les manifestants se sont, ensuite, rués vers le stationnement de taxi-be. Mais les pointeurs des transports en commun ainsi que quelques chauffeurs fâchés par les perturbations fréquentes créées par les étudiants ont tenté de les arrêter. Des jets de pierre ont surgi de nulle part pour disperser les deux camps après des bousculades et des échanges de coup, de poing. Les manifestants ont été contraints de fuir et de faire demi-tour dans le campus universitaire après cette altercation.

Emportés, pourtant, par le comportement des pointeurs, les étudiants ont lancé une pluie de pierres depuis la colline du campus universitaire. « C’est la faute à l’État. Les frais de taxi-be vont augmenter de 100 ariary au mois de novembre alors que nous n’avons pas perçu un sou depuis cinq mois », a expliqué Pieret Ravelojaona, président de l’association des étudiants en Économie.

Jean Eric Rakotoarisoa, vice-président de l’Université d’Antananarivo, affirme de son côté, que ce sont les leaders de ce mouvement qui sont les premiers à blâmer de la journée d’hier. « Les présidents des associations sont pénalement et civilement responsables de cette situation. J’encourage les victimes de déposer leurs plaintes auprès du tribunal. Nous avons déjà conseillé les meneurs de manifestation de ne pas inciter les étudiants à aller dans la rue s’ils ne peuvent pas maîtriser la situation », a-t-il conclu.

Vonjy Radasimalala (L’Express de Madagascar)

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar