Insolites et le-saviez-vous ?

Aux origines de la politique du riz à Madagascar

Mardi 1 Décembre 2015

A l'heure de la croissance démographique de l'Afrique et de Madagascar, la question de la sécurité alimentaire est un enjeu majeur. Toutefois, elle ne s'est pas toujours posée dans les mêmes termes... et pouvait épouser des contours éminemment politiques. Retour sur les origines de la politique rizicole malgache à l'aube du XIXe siècle.

Souverain du royaume Merina des hauts plateaux de Madagascar de 1787 à 1810, Andrianampoinimerina, est célèbre pour avoir unifiée son royaume en soumettant les petits royaumes périphériques. Figure du roi guerrier et bâtisseur, cette image d’Epinal n’augure néanmoins pas des bouleversements de la vie quotidienne des populations malgaches qui vivent au centre de l’île.

Andrianampoinimerina, souverain Merina de 1787 à 1810. / www.madaplus.info
Andrianampoinimerina, souverain Merina de 1787 à 1810. / www.madaplus.info
Car pour construire son royaume et asseoir son pouvoir, Andrianampoinimerina encadre étroitement l’édification de sa société. Il a notamment conduit une véritable politique du riz. Son objectif était inscrit dans son calendrier politique : en assurant la sécurité alimentaire de ses sujets, il entendait stimuler une croissance démographique, dont les premiers effets devaient se faire sentir dans la levée de ses troupes.

La réalité de la politique alimentaire royale n’était donc pas celle d’un roi nourricier, mais bel et bien celle d’un Etat en formation, avec son volet de mesures coercitives. Ainsi, pour mener à bien cette politique, est imposée la corvée royale. Cette fiscalité spécifique, à laquelle ont eu recours les monarchies des XVIIIe et XIXe siècles à travers le monde, s’est traduite par une mise au travail forcé de ses sujets dans les rizières. Une véritable révolution agricole très moderne est en cours sur la Grande Île au XIXe siècle. De grands chantiers d’assèchement des marais ont été menés, la culture du riz a été aménagée en terrasses, des travaux d’ingénierie hydraulique ont été engagés pour une irrigation contrôlée et optimisée. Toute cette politique a été poursuivie par les successeurs d’Andrianampoinimerina ; elle constitue le socle socio-économique du triomphe de la monarchie Merina.

Cultures en terrasse, Antongona. / www.madaplus.info
Cultures en terrasse, Antongona. / www.madaplus.info
L’imposition de cette politique alimentaire se révèle donc très politique, en s’appuyant sur un ressort classique de la construction de l’Etat : l’imposition d’une fiscalité (la corvée) dans un contexte expansionniste. Deux siècles plus tard, les paysages des hauts plateaux de terrasses (souvent marquées, aujourd’hui tout au moins, par leur polyculture) et de rizières témoignent encore des initiatives agraires prises par la monarchie Merina. Mais reste aussi l’avers du prix de cette révolution agricole : la mise au travail forcé des populations. Preuve que la question de la sécurité alimentaire ne peut se limiter à une simple lecture économique : elle interroge directement le fait social et politique, voire la mémoire et les expériences du passé à différentes échelles – autant d’éléments traditionnellement minorés sinon ignorés par les grandes agences d’aide internationale.

Source : Liberation.fr

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar