Infos Diaspora

CONFERENCE DES BAILLEURS ET DES INVESTISSEURS: Des promesses de plus de six milliards de dollars

Jeudi 1 Décembre 2016

Hery Rajaonarimampianina, aux côtés de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, et plusieurs membres du gouvernement, assistant à l'atelier de présentation des projets prioritaires  des autorités malgaches  #www.madaplus.info
Hery Rajaonarimampianina, aux côtés de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, et plusieurs membres du gouvernement, assistant à l'atelier de présentation des projets prioritaires des autorités malgaches #www.madaplus.info
Madagascar s'est vu promettre 6,4 milliards de dollars à l'issue de la première journée de la conférence des bailleurs hier. Les efforts doivent néanmoins être soutenus pour que les engagements des partenaires ne restent pas au stade des promesses.

Une première journée fructueuse. Les promesses des partenaires techniques et financiers de Madagascar ont dépassé les attentes malgaches, hier, à Paris. A l'issue de la première journée, les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux ont promis plus 6,4 milliards de dollars pour financer les 50 projets prioritaires du programme national de développement (PND), alors que la Grande île avait escompté 5,4 milliards de dollars.


Les plus grands contributeurs sont la Banque mondiale, la Banque africaine pour le développement (BAD) et l'Union européenne. Les deux premières se sont engagées respectivement pour 1,300 milliards de dollars et 1 milliard de dollars pour les trois à quatre prochaines années, tandis que l'Europe a promis de nouvelles initiatives de 930 millions de dollars, dont 640 millions de dollars sous forme de dons. Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur de l'Union européenne à Madagascar a même soutenu que ce fonds pourrait atteindre jusqu'à 1,100 millions de dollars si Madagascar améliore sa capacité d'absorption.

Certains partenaires bilatéraux, comme l'Inde, les Etats-Unis, le Canada, la France ou le Japon ont également annoncé des appuis plus ou moins conséquents. Le Japon, notamment, a fait part d'une aide pouvant aller jusqu'à 447 millions de dollars pour 2017-2020. La part de l'Allemagne devrait être connue à l'issue d'une réunion de consultation gouvernementale qui se tiendra les 7 et 8 décembre prochains. Robert Yamate, ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, a également souligné « l'espoir d'un retour du Millenium challenge account (MCA) dont les activités ont été interrompues en raison du changement anticonstitionnel du pouvoir en 2009 ».


Une partie des représentants des bailleurs de fonds au siège de l'Unesco à Paris #www.madaplus.info
Une partie des représentants des bailleurs de fonds au siège de l'Unesco à Paris #www.madaplus.info
Mais les annonces d'hier restent encore des promesses. Il revient à Madagascar de faire en sorte que celles-ci puissent se concrétiser. Des conditions doivent être réunies avant que les décaissements puissent se faire, même si les engagements ont été faits. « Bien que des progrès significatifs restent à faire, je reste optimiste et je suis prêt à travailler avec le gouvernement pour une reprise du MCA », a, par exemple, souligné Robert Yamate. La plupart des représentants des partenaires techniques et financiers qui ont pris la parole, hier, ont chacun souligné l'importance de la poursuite des réformes.

« Nous avons noté vos préoccupations car elles sont aussi les nôtres », leur a répondu Hery Rajaonarimampianina dans son discours de clôture de la première journée. Ont notamment été mis en avant le respect de l'Etat de droit, la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, ou encore l'amélioration de l'environnement des affaires. Comme un signe de sa bonne volonté, le Gouvernement a également rappelé, hier, par le biais du ministre des Finances et du budget, Gervais Rakotoarimanana, l'augmentation de 40% du budget de fonctionnement du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco).

Lova Rabary-Rakotondravony


Michaelle Jean aux côtés de Madagascar

De Madagascar à Paris, la secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie, ne cesse de montrer son engagement en faveur de Madagascar. Présente à l'ouverture de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI), Michaelle Jean a réitéré sa volonté et celle de l'organisation qu'elle dirige d'accompagner Madagascar dans sa quête du développement. « Nous ferons tout pour accompagner l'arrivée des investisseurs », a-t-elle souligné dans son discours où elle a insisté sur la nouvelle stratégie de la Francophonie en matière économique. Comme la plupart des représentants des organisations internationales qui ont pris la parole, hier, elle a témoigné des engagements des autorités en faveur du développement du pays.

Infos Diaspora | Brèves Madagascar