Alerte Infos

CUA : mesures énergiques pour dégager les trottoirs

Mercredi 5 Janvier 2011

Bordures de route d’Antananarivo
Bordures de route d’Antananarivo
Les habitants de la Capitale ont pu apprécier lundi de débuter la semaine avec des trottoirs accessibles aux piétons ! Cela ressemblerait à une Lapalissade si ce n’était que les bordures de route d’Antananarivo, en particulier dans le centre ville et spécifiquement à Analakely, les trottoirs servent d’étals aux marchands à la sauvette.

Depuis une année, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) a apporté des mesures rigoureuses comme négociées auprès des commerçants réguliers - ou non - afin de restituer la circulation piétonne et automobile de la Capitale.

Rue dégagée à Antanarivo
Rue dégagée à Antanarivo
Pendant un an, les marchands informels ont été recensés et invités à régulariser leur situation. Des nouveaux espaces ont été ouverts et aménagés afin que les marchands puissent continuer à vendre, ainsi que le Président de la Délégation Spéciale (PDS) d’Antananarivo, Edgard Razafindravahy l’avait assuré. Le nouveau marché de la Petite Vitesse, le Tsena Fihavanana a été réceptionné en novembre et l’installation progressive des commerçants dans cette enceinte a libéré la route. Force est de constater cependant que certains ont pris le mauvais pli de croire que les fêtes de fin d’année se poursuivent pendant 365 jours ! Lundi donc, bon nombre de marchands à la sauvette ont vu leurs articles -à même le sol ou sur des soubiques- ramassés par les éléments de la Police des Marchés. Ces derniers, transportés par les camions bennes de couleur bleu de la CUA, descendaient pour saisir les marchandises vendues illicitement avant de les déverser dans lesdits camions. Vers 11h45, un attroupement a eu lieu au cours de ces rafles, au niveau du jardin d’Ambohijatovo : apparemment, un jeune adolescent avait été embarqué en même temps que les marchandises saisies. Car plusieurs femmes, dont les cris et les supplications s’adressaient aux policiers des marchés, tiraient l’adolescent pour le faire descendre du camion. Les agents de la Commune, au nombre de trois ou quatre, résistaient et retenaient le garçon. Après quelques minutes de ce manège, durant lequel les curieux s’étaient réunis autour de la stèle de 1947 ainsi que sur les trottoirs avoisinants, les policiers ont lâché le jeune garçon et le camion a redémarré. Il est à noter que le travail sera de longue haleine, car si les abords d’Ambohijatovo étaient dégagés, ceux de la rue devant le Lycée J. J. Rabearivelo retrouvaient progressivement leurs encombrants marchands.
G. Ravelomanantsoa

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar