Alerte Infos

Commerce de gros : le CGPM prône l’assainissement

Vendredi 22 Avril 2011

Rasolonjatovo Honoré, Président du Conseil des Grossistes Professionnels de Madagascar (CGPM)...
Rasolonjatovo Honoré, Président du Conseil des Grossistes Professionnels de Madagascar (CGPM)...
Le Conseil des Grossistes Professionnels de Madagascar (CGPM) multiplie ses interventions médiatiques à travers son Président, Rasolonjatovo Honoré, pour réclamer l’assainissement de cette profession.

Les récentes revendications des grossistes d’Anosibe, d’Andravoahangy, de Soamanantombo, et d’autres marchés de la Capitale prouvent en effet, que nombre de gens exerçant l’achat et la vente en gros ne connaissent pas la réglementation régissant cette activité.

Ce sont des grossistes informels ou occasionnels, dont les activités sapent la véritable profession, selon Rasolonjatovo Honoré. Effectivement, l’usage des factures de vente n’a jamais été connu par ces commerçants, ce qui relève d’une aberration juridique.

La Direction du Commerce Intérieur a dû expliquer qu’au-delà de l’aspect fiscal de la facture (ce que redoutent les commerçants), ce document constitue un titre de propriété, et permet à la fois de déterminer l’opération commerciale en identifiant le vendeur, l’acheteur, ainsi que la quantité et la valeur des marchandises.

Pour les informels, et parfois même chez les commerçants réguliers, la présence des marchandises et du bon de livraison a été la pratique durant près d’une vingtaine d’années.

Selon Rasolonjatovo Honoré, la solution proposée par le CGPM concernant le volet fiscal, consisterait à taxer la marchandise de 5 pour mille au moment de l’achat, et ensuite il reviendrait aux grossistes de verser cette valeur auprès de la Direction Général des Impôts.

Cela simplifierait les tractations, a-t-il souligné, et contribuerait à l’assainissement de la profession. L’existence semi-grossistes le créneau où se dissimulent les faux grossistes, a souligné Rasolonjatovo Honoré.

Le CGPM a par ailleurs préconisé maintes fois de facturer les achats et ventes dans tout le circuit commercial, c’est-à-dire à partir de l’usine ou au niveau des importateurs, puis les grossistes et enfin les détaillants. Avec ce système, l’Etat recouvre ses impôts, tout en permettant aux véritables grossistes de se démarquer de ceux qui ne sont pas des professionnels.

Pour l’heure, les parties concernées envisagent de se réunir afin de déterminer comment appliquer l’utilisation de la facture dans les échanges commerciaux internes.
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar