Infos Diaspora

De l'eau potable pour la ville malgache de Mantasoa

Mardi 9 Mai 2017

Photo Mantasoa tour
Photo Mantasoa tour
Les 1500 habitants d'un quartier de Mantasoa, commune fondée par Jean Laborde, ont désormais accès à l'eau potable grâce à une coopération décentralisée signée avec la Ville d'Auch.

Mantasoa. C'est dans cette ville, à 50 km de Tananarive, que se trouve le tombeau de Jean Laborde, né en 1805 à Auch et mort en 1878 à Madagascar : la Grande île dont il accompagna l'industrialisation au temps de la redoutable reine Ranavalona. Les liens indéfectibles entre les deux communes ont été actés fin 2014, sous la forme d'une coopération décentralisée entre la ville d'Auch et celle de Mantasoa, votée en conseil municipal. Les élus auscitains ont décidé de cibler leur intervention dans le domaine de l'eau, puisqu'à Mantasoa, dans 9 quartiers sur 11, les habitants n'ont pas d'accès à l'eau potable. En bénéficiant des conseils de la maire de Mantasoa, Lala Ranaivoharisoa et de l'accompagnement technique (choix des entreprises, suivi du chantier…) de l'association Experts-Solidaires, le quartier d'Anjozoro, le 2e le plus peuplé avec 1500 habitants, a été choisi pour accueillir un système de captation et de potabilisation de l'eau — à partir de deux sources – qui alimente une trentaine de bornes-fontaines. Françoise Simonutti, adjointe au maire en charge des jumelages et coopérations décentralisées, s'est rendue spécialement à Mantasoa, le 19 avril dernier, pour assister à l'inauguration de ce nouvel équipement. C'est l'aboutissement d'un projet de 100 000 euros porté par la Ville d'Auch et financé à 90 % par l'Agence de l'Eau. Lancé en janvier 2016, il a favorisé l'implication des habitants qui ont creusé des tranchées et participé au barriérage du site. La suite, c'est l'adduction d'eau potable sur le bourg de Mantasoa (1800 habitants) dans le cadre d'un projet sur 3 ans débutant par l'élaboration d'un outil de planification des investissements, en vue de satisfaire la demande en eau de la population locale : «Ce travail préparatoire est indispensable car il s'agit vraiment de pérenniser les choses. La volonté d'inscrire la solidarité dans les faits est bien là !»

Source www.ladepeche.fr
N.R.

Infos Diaspora | Brèves Madagascar