Alerte Infos

Des économistes malgaches contre la privatisation de la société d' eau et d'électricité

Vendredi 9 Août 2013

En médaillon ; le président du CREM, Hugues Rajaonson
En médaillon ; le président du CREM, Hugues Rajaonson
Lu sur le Net : Le (CREM), s’oppose à une éventuelle privatisation de la Société de distribution de l’eau et de l’électricité à Madagascar (JIRAMA)... (source : apanews.net)

soulignant que le niveau de vie de la majorité de la population malgache ne supportera pas la vérité des prix de ces deux produits de consommation courante.
Lors d'une conférence débat portant sur « les enjeux et les bénéficiaires à travers l'analyse d'une éventuelle privatisation de la JIRAMA », le président du CREM, Hugues Rajaonson a indiqué que le pouvoir d'achat des consommateurs malgaches est trop faible dans la mesure où le revenu par tête par habitant est de 1,1 dollar par jour.


D'après Hugues Rajaonson, 93% de la population malgache sont par ailleurs considérés comme pauvres dont 87% affectés par une pauvreté monétaire.

56% des Malgaches gagnent 5 cents par jour, 29% ont des revenus compris entre 5 cents et 1,5 dollars par jours et 2% ont des revenus se situant entre 1,5 et 2 dollars par jour.

Avec une telle réalité, les ménages malgaches ont déjà du mal à honorer leur facture d'électricité et de l'eau, a estimé le président du CREM, relevant que la privatisation de la JIRAMA va provoquer inéluctablement une augmentation de la facture moyenne.

Dans l'éventualité d'une privatisation de la JIRAM, le repreneur doit hériter des dettes de la société évaluées à au moins 300 milliards d'Ariary (soit près de 137.551.581 US dollar).

Un tel déficit s'explique, d'après encore Hugues Rajaonson, par la défaillance de l'Etat qui n'aurait pas réellement joué son rôle d'actionnaire unique de la société.

Un responsable de la société, qui a requis l'anonymat, explique que la situation difficile dans laquelle se trouve actuellement la JIRAMA est le fruit d'une mauvaise stratégie de son actionnaire, l'Etat. Selon lui, à chaque kilowattheure, la société perd près de 200 Ariary, soit près de 0.09 US dollar.

Rien d'étonnant, selon ce technicien, dans la mesure où la JIRAMA est obligée d'investir dans des localités isolées des axes de distribution. La gestion de la société est d'autant plus difficile que le recouvrement de la consommation ne se fait que 90 jours après l'établissement des factures.

Pour sauver de la faillite cette société d'Etat, le CREM estime que l'Etat doit injecter d'urgence plusieurs milliards d'Ariary. Pour cela, il préconise une augmentation du capital en prenant soin d'y faire participer les employés de la JIRAMA ainsi que les associations de consommateurs.

Le CREM a également indiqué qu'il est nécessaire que l'Etat a une stratégie claire en matière de fourniture d'énergie à Madagascar.

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar