Alerte Infos

Développement d’Antananarivo : le statut particulier y contribuerait amplement

Samedi 7 Mai 2011

le Président de la Délégation Spéciale (PDS) d’Antananarivo, Edgard Razafindravahy est revenu sur un sujet qui lui tient à cœur...
le Président de la Délégation Spéciale (PDS) d’Antananarivo, Edgard Razafindravahy est revenu sur un sujet qui lui tient à cœur...
Durant son entretien avec les bailleurs de fonds jeudi à l’Hôtel de Ville, le Président de la Délégation Spéciale (PDS) d’Antananarivo, Edgard Razafindravahy est revenu sur un sujet qui lui tient à cœur.

Il s’agit du statut particulier de la Capitale, en tant que telle. En effet, selon le document remis par la Banque Mondiale à la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), intitulé « L’urbanisation, ou le nouveau défi malgache », la Capitale doit dès maintenant prévoir l’accroissement constant de sa population. A cet égard, des infrastructures adaptées doivent être élaborées en conséquence, afin que la ville demeure viable, salubre et harmonieuse.

« Depuis des années, le développement de la Capitale n’a pu s’effectuer convenablement, a ainsi relevé Edgard Razafindravahy, parce celle-ci n’a jamais été autonome financièrement, ni au niveau de sa gestion ». Une demande que le PDS avait formulée en public pour la première fois le 11 décembre 2010, en ces lieux mêmes, lors de l’inauguration de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo.

D’aucuns en veulent au PDS d’évoquer ce statut particulier de la Capitale, du fait qu’il n’a pas été élu, mais désigné dans ses fonctions. La réalité, présentée dans le rapport de la Banque Mondiale, indique que plus de la moitié de la population urbaine de Madagascar vit à Antananarivo. La Capitale accueille près de 100 000 nouveaux arrivants chaque année, et sera bientôt vouée à l’asphyxie si aucune disposition plus large ne lui est accordée, effectivement, en tant que Capitale.

Le Grand Tana, c’est-à-dire la CUA et les communes alentours, contiennent 2,5 millions d’habitants actuellement, chiffre qui sera porté à 4 millions en 2015, une échéance très proche.

Depuis des décennies, les infrastructures d’assainissement de la ville ne supportent plus sa population sans cesse croissante. Des quartiers entiers ne disposent pas de latrines aux normes par exemple, et les habitants ont utilisé les canalisations publiques pour leurs besoins.

Les conséquences sont des zones insalubres, particulièrement durant la saison des pluies. Cela est actuellement en voie de résolutions, avec les travaux permanents du Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (SAMVA - voir article par ailleurs). Cependant, la CUA ne dispose pas des ressources suffisantes de la part du pouvoir central pour faire face à ses besoins effectifs. L’appel d’Edgard Razafindravahy sera-t-il enfin entendu ?
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar