Alerte Infos

"Épices Villages", un projet malgache original à Martigues

Mardi 3 Juin 2014

"Épices Villages", un projet malgache original à Martigues
Olivier Mazet, chef d'entreprise gérant de la société de droit malgache "Cultures et Négoces de l'Océan Indien" (CNOI) est originaire de Saint-Mitre, où il a passé une partie de son enfance.

Actuellement domicilié à Martigues, c'est un entrepreneur dynamique au parcours atypique, et qui a de la suite dans les idées afin de mettre en oeuvre des projets remarquables. Propriétaire d'une vaste plantation située à Farafangana, dans le Sud-Est de Madagascar à proximité des côtes de l'Océan Indien, exactement à la hauteur du tropique du Capricorne, il y cultive essentiellement les épices et les aromates. Son projet est à la fois humaniste, car il s'appuie sur le développement d'une agriculture biologique solidaire avec des paysans malgaches, et également convivial, afin de partager les saveurs de ses produits tropicaux avec les gourmets européens, en créant une société de commercialisation basée en Provence.

Des projets ambitieux

En 2011, à la faveur de recherches généalogiques effectuées en terre malgache, Olivier rencontre fortuitement un cousin, Philippe Courbon. Celui-ci est un horticulteur qui exerce dans le département du Var. Tous deux conçoivent alors le projet de créer une société de commercialisation basée dans le Sud-Est de la France de leurs produits malgaches sur le marché européen, nommée "Epices-Villages". 2 500 kg de poivre sont dès à présent disponibles pour la commercialisation, ainsi qu'un panel fabuleux de produits tropicaux : girofles, piments, vanilles, curcumas, gingembres, canelles, cafés, fruits séchés (litchis et mangues), miels exotiques au café, au niaouli, au litchi, huiles essentielles, huiles alimentaires, vinaigres et même des conserves maison. Ces produits reçoivent un conditionnement typique et original, fait de joncs, vannés par les épouses des cultivateurs malgaches. Parallèlement, le site Internet de la société commerciale vient d'être récemment ouvert.

Tourisme vert

Enfin, nos deux entrepreneurs projettent de doter l'exploitation agricole de Farafangana d'une activité d'accueil et de séjour touristique en aménageant un village lacustre "l'île rouge", comprenant de charmants bungalows construits sur pilotis, au bord d'un lac.

Par ailleurs, le projet a une dimension humanitaire, sanitaire et sociale avec la création d'un dispensaire recevant les malades dans une antenne médicale et la création d'une école d'agriculture pour professionnaliser et perfectionner la main-d'oeuvre locale.

"A l'instar du paysan qui trace son sillon pour y semer la vie, conclut Olivier Mazet, mon ambition est de créer une agriculture du vivant, biologique et solidaire, au bénéfice d'hommes et de femmes malgaches. Elle consiste également à partager convivialement nos richesses tropicales, épices et aromates, avec le plus grand nombre".

www.epices-villages.com, 04 42 80 04 09 et 06 31 27 47 89



Une saga familiale née à Madagascar
Olivier a été profondément marqué par ses attaches familiales qui le relient à Madagascar, depuis que son grand-père, pionnier et planteur de café, s'était installé dans la grande île vers 1920.

Ses parents, mariés à Madagascar, y ont donné naissance à deux fils, dont lui-même. Il a conservé un amour passionné de sa terre natale où il a grandi dans un environnement fascinant. Il parle couramment le malgache et après son service militaire dans la Royale, il crée en 1993 un saulnier ou marais salant à Morondava, sur la façade maritime donnant sur le canal du Mozambique. Il y produit jusqu'à 100 tonnes de sel par an. Mais son ambition ne s'arrête pas là. Après son mariage avec Patricia une fille du pays, il se lance en 1999 dans un projet agricole ambitieux, la création d'une exploitation agricole biologique de 150 ha, dont 100 ha plantés, produisant principalement des girofles, de la canelle, des piments, du café, diverses variétés de poivres (vert, noir, blanc, rouge, sauvage, dont la fameuse "baie rose" au piquant anisé, excellente pour accompagner un plat de poisson), et de la vanille. Les techniques agraires employées, sans utilisation de pesticides et avec une mécanisation réduite au minimum, sont respectueuses de l'environnement et parfaitement adaptées à la spécificité malgache. Une myriade de cultivateurs de case sont groupés en "coopérative" autour de la plantation, et celle-ci rémunère régulièrement une quinzaine de familles d'ouvriers et ouvrières agricoles.

Marie-Pierre Blanchard
source www.laprovence.com
Vola Rasoamanana

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar