Alerte Infos

Evénements de 1947 : des faits controversés

Mardi 29 Mars 2011

Le débat demeure d’actualité, les événements de mars 1947 suscitent des questions. En effet, des thèses divergentes entourent le fondement véritable de l’action menée par le MDRM - Mouvement Démocratique pour la Rénovation Malgache - durant cette période.
Evénements de 1947 : des faits controversés

Pour nombre de Malgaches, le MDRM a initié cette lutte populaire pour l’indépendance. Or, d’autres versions existent. Le parti politique s’avérait en effet de plus en plus ancré dans diverses régions de Madagascar, et cela aurait fortement dérangé le pouvoir colonial de l’époque. Les députés du MDRM, Raseta, Ravoahangy et Rabemananjara, constituaient une force politique sur laquelle la population comptait pour obtenir l’indépendance. Aussi, la version du soulèvement populaire ayant mené à l’indépendance serait erronée, selon certains observateurs, dont le parti Otrikafo, dirigé par Rajaonah Andrianjaka.

Les patriotes malgaches, en particulier ceux du MDRM devaient être anéantis, ce qui confirme la thèse du complot fomenté par le pouvoir colonial. Faisant croire à une action menée par le MDRM, les dirigeants français savaient que la mobilisation serait générale. L’objectif de mater une bonne fois pour toutes les velléités d’indépendantisme serait alors atteint, à travers la cruelle répression qui a suivi les attaques de casernes par les « mpitolona » (combattants) durant la nuit du 29 mars 1947. Plusieurs villes stratégiques ont connu des soulèvements, d’autres, comme Antananarivo, ont renoncé face à la détermination des forces armées coloniales : ils semblaient attendre de pied ferme les « rebelles ». Moramanga, Manakara, Farafangana, et d’autres localités ont été le théâtre d’affrontements.
Selon Paul Rabary, cette page de notre Histoire nationale est à considérer avec une prudence extrême, du fait de ces ambigüités, quant à l’origine exacte du mouvement populaire. Ce qu’il constate, en tant que sociologue et féru d’histoire de Madagascar, c’est que d’une part, il est faux de croire - ou de vouloir faire croire - que l’indépendance de notre pays a été acquise suite à ces événements. D’autre part, l’exercice du pouvoir politique à Madagascar, depuis 1960 à nos jours, a toujours été attribué à ceux qui ont gagné lors de ces combats de 1947. Ceux qui ont été vaincus n’ont jamais pu ni s’exprimer, ni encore moins accéder au pouvoir. A noter enfin, que l’association « Fifanampiana Malagasy », créée par Gisèle Rabesahala, femme politique parmi les témoins de ces événements, a demandé à ce que le nombre exact des victimes de 1947 soit rendu public. Pour l’heure, l’association a comme projet d’ériger une stèle comprenant le nom des 166 personnes fusillées dans les fameux « wagons Moramanga ».
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar