Alerte Infos

Fête nationale malgache : Cérémonie sous un air de lourdeur

Vendredi 28 Juin 2013

Fête nationale malgache : Cérémonie sous un air de lourdeur
La communauté internationale et les politiciens de " l'opposition" ont boudé les céré­monies officielles du 26 juin. Un message fort contre le président de la Transition. (source : lexpressmada.com)

Le fossé se creuse. Le tourbillon politique n'a pas épargné la célébration de la 53ème année du retour à l'Indépendance de Madagascar. Comme certains d'entre eux l'ont affirmé, la majorité des membres de la communauté internationale et les opposants politiques à Andry Rajoelina, président de la Transition, ont marqué par leur absence les rendez-vous officiels de la journée du 26 juin.

« Nous ne prendrons pas part à toutes les cérémonies officielles du 26 juin », avait déclaré Mamy Rakotoarivelo, chef de délégation de la mouvance Ravalomanana, le 24 juin. « La direction de la Transi­tion est sens dessus-dessous, et Andry Rajoelina en est le principal responsable, en voulant à la fois être Président et candidat », avait regretté le président du Congrès de la transition (CT).

Aucun ministre ni représentant des partisans du Président en exil en Afrique du Sud au sein des instances du pouvoir n'a été aperçu, hier. Les autres membres de la classe politique qualifiés d'opposants ont, également, suivi l'exemple de la mouvance Ravalomanana, qu'ils soient membres des institutions de la Transition ou non. Le défilé des forces de l'ordre à Mahamasina et la réception d'Mahamasina ont ainsi été déserté par l’« opposition ».

Seuls les ministres proches de Rajoelina et les représentants des forces de l'ordre dans l'Exécutif se sont affichés lors des événements qui ont marqué la journée d'hier. Si certains, comme Julien Reboza, ministre de l'Eau, à Amboasary Sud, ont représenté le pouvoir dans les régions, d'autres dont ceux de la mouvance Ravalo­manana et Zafy, se sont
abstenus de prendre part aux festivités.

Rajoelina désavoué

Les membres du gouvernement, candidats à la Prési­dentielle, à l’instar de Hajo Andrianainarivelo, vice-Premier ministre en charge de l'Aménagement du territoire et du développement, et Pierrot Rajaonarivelo, ministre des Affaires étrangères, se sont retenus de participer à la fête. Les autres prétendants à la magistrature suprême, membres des institutions de la Transition, tels Roland Ratsiraka et Sylvain Rabetsaroana, anciens membres du Conseil supérieur de la transition, ont aussi boudé les événements officiels du 26 juin.

Présent à Mahamasina pour le défilé des forces de l'ordre, Omer Beriziky, Premier ministre de la transition, a boudé la réception donnée par le président de la Transi­tion à Iavoloha. Une manière, probablement, de marquer une certaine neutralité, mais aussi, éventuellement, un certain désaveu du locataire d'Ambohitsorohitra, dans sa direction des cérémonies de la Fête nationale. Edgard Razafindravahy, président de la Délégation spéciale de la ville d'Antananarivo, a également été absent à Iavoloha. Sans doute une manière de se mettre au dessus du tourbillon politique actuel.

Les poids lourds des partenaires internationaux de Madagascar, comme la France, l'Union européenne ou les États-Unis, ont comme prévu, boycotté la célébration de la Fête nationale. Ce qui pourrait s'apparenter à un blâme contre Andry Rajoelina, actuellement acculé par la communauté internationale. Une poignée de diplomates, essentiellement des chargés d'affaires ou représentants, en l'occurrence ceux de l'Iran, de Maurice, de la Thaïlande, des Comores, de la Grèce et Chypre, de l'Indonésie, de la Libye et du Niger ont, cependant, fait acte de présence lors des rendez-vous de Mahamasina et Iavoloha.

Ambiance terne

L'ambiance ne semble pas avoir été au rendez-vous lors des festivités de la 53ème célébration de l’Indépendance de la Grande île. Contrairement aux années précédentes, un air de morosité a été ressenti, autant chez le public, que chez les officiels. La mêlée coutumière lors des feux d'artifice, autour du lac Anosy, n'a pas été au rendez-vous. Malgré l'affluence des spectateurs à Mahamasina, la liesse populaire habituelle lors du traditionnel défilé militaire ne s'est pas fait entendre.

L'atmosphère n'a pas été, non plus, animée au palais d'État d'Iavoloha. L'assistance paraissait plutôt calme et apathique. Même le discours de Rajoelina n'a pas pu réchauffer l'ambiance, la majeure partie des convives étaient, cependant, acquise à sa cause. Le manque d'innovation dans l'organisation, les multiples égarements et imprécisions des organisateurs ou encore la situation politique instable actuelle auraient-ils plombé l'ambiance Le mouvement d'ensemble plutôt médiocre, exécuté par les lycéens, amateurs en matière de danse ou d'expression corporelle, qui nous ramènent près de deux décennies en arrière, n'a pas été un plus.

Les anciens Présidents invités

Les anciens Chefs d'État malgaches ont été invités au défilé des forces de l'ordre à Mahamasina, hier, pour la célébration du 53ème anniversaire du retour à l'Indépendance de Madagascar. Parmi les anciens dirigeants malgaches en vie, seul Didier Ratsiraka et Norbert Lala Ratsirahonana, actuel conseiller spécial de Rajoelina, ont répondu à l'invitation signée par le président de la Transition.

Albert Zafy et Lalao Ravalomanana, à qui était destinée l'invitation pour représenter son époux, Marc Ravalomanana, exilé en Afrique du Sud, n'ont pas répondu présent à Mahamasina. Si pour l'ancienne Première dame, son absence peut s'expliquer par le fait que la mouvance de son mari a décidé de ne prendre part à aucun événement officiel du 26 juin, aucune explication n'a été reçue de la part du premier Président de la troisième République.

La sécurité routière à l'honneur à Mahamasina

La brigade des motards de la sécurité routière a été mise à l'honneur, hier, au stade municipal de Mahamasina. Dérogeant aux protocoles habituels des défilés du 26 juin, les motards de la Gendarmerie nationale ont ouvert le bal des défilés.

Ils ont eu l'occasion de faire une démonstration de leur savoir-faire et de leur maîtrise. Cette innovation s'apparentait, égale­ment, à une campagne de sensibilisation des usagers des voies publiques, dans l'assistance, sur l'importance de la sécurité routière. Le commentateur a profité de l'occasion pour rappeler les conditions légales pour pouvoir conduire une moto et les astuces pour éviter les accidents.

Des absences excuséesL'absence des quatre chefs spirituels du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM) a été remarquée lors des rendez-vous officiels des festivités de la Fête nationale. « Les quatre chefs d'église se sont accordés pour être présents ensemble à tous les événements impliquant le FFKM », a expliqué le père Jean Timothée, président du FFKM d'Antananarivo. « Comme trois d'entre eux ne sont pas sur place, ils ont préféré dépêché des représentants, pour éviter toutes polé­miques », a ajouté le prêtre.

Béatrice Atallah, présidente de la Commission électorale nationale indépendante pour la transition, a également été un des grands absents des événements d'hier. Selon ses explications, « je suis souffrante et j'ai envoyé une lettre au service de la Présidence, hier (ndlr le 25 juin), pour faire part de mon absence ».
Kolorindra Garry Fabrice Ranaivoson
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar