Alerte Infos

Feuille de route : les points de divergence

Jeudi 3 Février 2011

Points de divergence... divergence des partis
Points de divergence... divergence des partis
L’ouverture des institutions de transition à d’autres partis politiques semble acquise, à travers la feuille de route proposée par le Dr Leonardo Simao, agissant au nom de la Communauté internationale...

En fait, le principe était déjà accepté par les signataires de l’Accord politique d’Ivato le 13 août 2010. Puis la Conférence nationale, dans ces résolutions, a entériné ces mesures. La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le Congrès de la Transition ainsi que le Conseil Supérieur de la Transition, formant le Parlement de la Transition seront donc élargis aux entités politiques qui n’en font pas encore partie, et cela, sans remettre en cause les membres déjà en place de ces institutions. Sur ces points, aucune contestation particulière n’a été entendue de la part des politiciens, sauf dans le cas de la révision – à la baisse - du traitement financier des parlementaires, actuellement rémunérés à 3 millions Ar à 5 millions Ar, considérés par d’aucuns comme des montants excessifs. La mouvance Marc Ravalomanana a relevé la faculté pour Andry Rajoelina de désigner seul le premier ministre ainsi que les membres du gouvernement, et des institutions élargies. Cela leur semble exagéré. La question de l’amnistie a également été considérée, dans l’Article 13, qui propose une amnistie large concernant les faits commis entre 2002 et 2009. La Présidente du Parti « Ampela Manao Pôlitika » (AMP), le Dr Brigitte Rasamoelina a relevé que ces dispositions méritent une réflexion profonde et de la prudence. En effet, il existe des faits qui ne peuvent faire l’objet d’amnistie, comme les crimes de sang. Le Général Désiré Ramakavelo pour sa part, estime que si des forces politiques refusent d’adhérer à la feuille de route actuelle, elles tomberont dans l’opposition ainsi que le prévoit la Constitution de la Quatrième République , qui reconnaît le statut d’une opposition au pouvoir en place. Otrikafo de son côté, qui n’a jamais accepté que l’on se rapproche de la communauté internationale, juge que celle – ci sème le trouble à Madagascar. En effet, rappelle Rajaonah Andrianjaka, Président du parti politique Otrikafo, il y a deux ans, la communauté internationale rejetait Monsieur Andry Rajoelina (sic) et mettait en place les trois mouvances, pour laquelle elle ne cachait pas ses préférences. Aujourd’hui, elle semble favoriser Monsieur Andry Rajoelina tout en rejetant les trois mouvances. Bref, quand bien même la communauté internationale s’engage dans la feuille de route à soutenir Madagascar financièrement et techniquement en vue des prochaines élections, les avis des politiciens malgaches demeurent partagés quant à son schéma de sortie de crise.

G. Ravelomanantsoa

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar