Brèves Madagascar

Hôte de l’ADN (Arche de la Nation) – Un cador de l’International Liberal dans nos murs

Vendredi 28 Juillet 2017

Edgard Razafindravahy Chef de file de l'ADN et Emil Kirjas Secretaire Général du Libéral International
Edgard Razafindravahy Chef de file de l'ADN et Emil Kirjas Secretaire Général du Libéral International
Secrétaire général de l’International Liberal, Emil Kirjas est, à Madagascar, depuis hier. Sa visite consiste en un échange avec le parti ADN pour voir comment la fédération mondiale peut aider à l’amélioration de la situation dans le pays.

Une grande opportunité. Selon Emil Kirjas, secrétaire général de l’Inter­national Liberal, être membre du réseau international des partis libéraux, ouvre d’énormes opportunités. En réponse à l’invitation du parti Antoka sy dinan’ny Nosy– Arche de la Nation (ADN), c’est justement, pour capitaliser ces opportunités que ce cador de la fédération mondiale des entités politiques libérales est, à Mada­gascar. Une première dans l’histoire de la pratique politique, dans la Grande île.
À son arrivée de Londres, à l’aéroport d’Ivato, hier, l’homme politique a déclaré: « Je suis heureux d’être parmi mes amis, mes collègues. J’ai beaucoup appris de Madagascar, par le biais de mes amis de l’ADN. (…) je suis fier d’être ici parmi mes collègues pour parler, débattre, échanger avec eux de ce que l’on peut faire sur la scène nationale et internationale, sur le plan politique, pour améliorer la vie de tout le monde dans ce pays ».

Fort d’un important réseau de partis politiques dans le monde, et de 70 ans d’existence, l’International Liberal, « donne une opportunité de faire des échanges d’idées, de projet », a indiqué celui qui a été l’un des plus jeunes ministres de la Macédoine. L’atout de « cette grande famille dont est membre depuis mai, le parti ADN », comme il l’a souligné, est, aussi, que plusieurs de ses membres sont, soit au pouvoir, soit des élus dans les Parle­ments de leur pays.

En Afrique, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, ou encore, le Maroc, sont, par exemple, des pays dirigés par des libéraux. Comme l’affirme l’ancien ministre des Affaires étrangères macédonien, ceci permet « de voir comment des projets ayant réussi ailleurs peuvent être modifiés et adaptés à Madagascar, par exemple ». Il a joute que « cela ouvre, également, de grandes opportunités de faire la promotion du pays, des opportunités qui existent ici ».

Sources Express de Madagascar
N.R.

Infos Diaspora | Brèves Madagascar