Interviews

Interview de Laura Martinez

Samedi 14 Juillet 2012

Interview de Laura Martinez
Fraîchement diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs avec les félicitations du jury, à 23 ans Laura Martinez a choisi de faire de son parcours scolaire un véritable voyage.

Interview de Laura Martinez
Après avoir étudié un semestre dans une école de design allemande dans le cadre du programme Erasmus, elle repart immédiatement à Londres travailler au sein du studio du célèbre designer anglais Ross Lovegrove. Elle repart ensuite deux fois à Madagascar, une première fois en 2010, puis une seconde fois début 2012, pour mettre en place et réaliser la collection d'objets "Tonga Soa Madagascar" (Bienvenue à Madagascar) avec les artisans vanniers de la société Ravak'art. Ses différentes expériences ont nourrit chez elle un intérêt grandissant pour l'artisanat, mais surtout une passion pour l'échange de savoir-faire entre artisans et designers.


Interview de Laura Martinez
Madaplus (M.D) : Avez vous rencontré des difficultés dans votre démarche?

Laura Martinez (L.M) : Il est vrai que tout n'a pas été simple à mettre en place. Notamment pour trouver depuis la France une structure artisanale qui accepterait de m'accueillir en stage. J'ai eu beaucoup de refus au départ, certains artisans ne comprenant pas toujours ma demande. Puis, ma rencontre avec le ministre de l'artisanat de Madagascar, Mr Claude Salomon, a été un vrai point de départ. C'est lui qui m'a présenté le gérant de Ravak'art, Mr Hervé Tsierenana, qui est aujourd'hui devenu mon collaborateur pour ce projet et ami.

M.D: Comment s'est mis en place le projet ?

L.M : Lors d'un premier voyage à Madagascar en 2010, j'ai eu un coup de cœur pour le pays et son artisanat. Après avoir fait un mois de stage avec les artisans de la société Ravak'art à Majunga pour apprendre la vannerie, j'ai décidé d'écrire mon mémoire de fin d'études, "Designers d'ailleurs, d'après un voyage à Madagascar" sur le sujet. Il m'a permis de définir les enjeux actuels de la vannerie, et l'importance aujourd'hui que designers et artisans travaillent ensemble. En 2011, la Fondation de France me permet de concrétiser mon souhait de repartir en me remettant une Bourse Déclics Jeunes. Un vrai coup de pouce financier qui m'a permis de réaliser ce projet.

Interview de Laura Martinez
M.D : Avez vous rencontré des difficultés dans votre démarche?

L.M : : Il est vrai que tout n'a pas été simple à mettre en place. Notamment pour trouver depuis la France une structure artisanale qui accepterait de m'accueillir en stage. J'ai eu beaucoup de refus au départ, certains artisans ne comprenant pas toujours ma demande. Puis, ma rencontre avec le ministre de l'artisanat de Madagascar, Mr Claude Salomon, a été un vrai point de départ. C'est lui qui m'a présenté le gérant de Ravak'art, Mr Hervé Tsierenana, qui est aujourd'hui devenu mon collaborateur pour ce projet et ami.


Interview de Laura Martinez
M.D : Quels sont les enjeux actuels de la vannerie malgache?

L.M : : Aujourd'hui, la vannerie doit faire face à de nombreux problèmes qui pourraient à long terme la faire disparaitre. Les feux de brousse détruisent des forêts entières de palmiers, source première pour la vannerie. La saison des pluies, de janvier à avril, est aussi difficile pour les artisans. Faute de locaux pour protéger les fibres de l'humidité, elles sont inutilisables. Le manque d’originalité et de diversité dans les produits proposés par les artisans pose alors un vrai problème: les produits issus de la vannerie ne se vendent plus. Il devenait donc indispensable de repenser leur processus de production et de moderniser cet artisanat ancestral en l'associant au design.

Interview de Laura Martinez
M.D : Comment vous est venue l'idée de ces objets?

L.M : : Une fois rentrée en France après mon premier séjour, j'ai beaucoup expérimenté à partir de la technique que les artisans m'avaient enseigné sur place, en essayant de la travailler avec d'autres matériaux que la fibre elle-même. Métal, satin, lambahoany (tissu traditionnel malgache), etc.
Madagascar est connue pour la diversité de son artisanat, et j'avais en tête d'inciter les différents artisans à travailler ensemble. Forgerons, couturières, brodeuses, confectionneurs de jouets à partir de conserves en métal, etc. En associant différents savoir-faire, on pouvait envisager de réaliser des objets à d'autres échelles, et ne plus simplement produire les sacs et chapeaux traditionnels malgaches, déjà trop vus. Pourquoi ne pas travailler sur des vrais objets de mobilier, en associant forgerons et vanniers par exemple?

Interview de Laura Martinez
M.D : Avez-vous conçu les objets seule ou en collaboration avec les artisans locaux ?

L.M : : L'objectif était vraiment de réaliser tous les objets sur place, avec les artisans de Ravak'art et du VIM (Village Industriel de Majunga). C'est pourquoi tous ont été pensés de manière à pouvoir être produits sur place, avec des matériaux locaux. L'aluminium qui a servi aux vanniers de tresser les objets provient de quincailleries sur place, et le satin des marché aux tissus malgaches! Ces nouveaux objets prouvent aux artisans qu'il est possible de diversifier leur production tout en conservant leur technique traditionnelle. De plus, en diversifiant les matériaux utilisés, la production ne devient plus dépendante de la saison des pluies. Les artisans peuvent s'adapter à chaque saison et travailler toute l'année.


M.D : Comment voyez vous l'avenir pour ce projet?

L.M : : J'espère qu'il ira loin! Maintenant que les objets ont été réalisés, nous avons reçu un acceuil très positif du projet en France comme à Madagascar. Certains produits ont déjà été vendus sur place, et nous commençons déjà à avoir des commandes en Europe. L’objectif à présent est de lancer une production locale et d’ouvrir un marché à l’export. Et bien sûr faire parler un maximum du projet pour montrer qu'il est possible aujourd'hui de mettre en place des collaborations entre designers occidentaux et artisans de pays du Tiers Monde. Un pas en avant pour l'artisanat comme pour le design!

Interview de Laura Martinez
M.D : A présent que vous êtes diplômée, quels sont vos projets pour la suite?

L.M : : J'ai beaucoup de projets en tête. Dans un premier temps je souhaite continuer à faire évoluer ce projet avec Mr Hervé Tsierenana, et trouver un travail en parallèle, en free lance ou en agence. Pour la suite, j'aimerai continuer à mener ce genre de projets avec des artisans, à l'étranger ou même en France! Encourager d'autres jeunes à mettre en place ce genre d'initiatives, et voir naitre plus de collaborations entre designers et artisans.

M.D : Quel message souhaitez-vous transmettre aux lecteurs de Madaplus par rapport à votre activité ?

L.M : : Le métier de designer est passionnant. Il vise à repenser sans cesse nos objets, à les innover pour qu'ils répondent parfaitement à nos besoins en évolution permanente. Ce qui me passionne dans le design, ce n'est pas seulement d'inventer pour ajouter un objet supplémentaire à la multitude d’objets fonctionnels qui existent déjà. Je préfère davantage un design social, humain. L’objet est représentatif des modes de vie, cultures et traditions de la société dans laquelle il s’insère. Il est important de les respecter. Mon objectif en tant que designer est de pouvoir répondre à des problématiques sociales ou environnementales que vit une population dans un lieu donné, en ouvrant le dialogue par le biais de mon métier.
Je suis persuadée qu’aujourd’hui il est nécessaire de faire évoluer notre manière de concevoir l’objet : On place trop souvent dans deux catégories séparées l’artisanat des pays du Tiers Monde d’un côté, le design occidental de l’autre. Il faut repenser ces notions car aujourd'hui, face à l'industrie massive et la crise dans les pays occidentaux, l'objet a besoin de retrouver une âme, une histoire. De même pour l'artisanat, qui peut se perdre s'il ne se tourne pas davantage vers le design.

Merci pour cette interview et bonne continuation pour vos projets !

Vous pouvez découvrir le reste des projets de Laura Martinez sur son site internet: http://www.lauramartinez.fr


N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar