Alerte Infos

Jet présidentiel (suite): plutôt une panne technique, explique Richard Ravalomanana

Vendredi 6 Mai 2011

Une conférence de presse tenue par le Général Richard Ravalomanana hier a permis de connaître les conclusions de l’enquête concernant la défaillance du jet présidentiel le jeudi 28 avril dernier.

En effet, alors que l’avion avait décollé depuis une vingtaine de minutes en direction de la Zambie, un problème technique est apparu : le jet ne parvenait pas à atteindre l’altitude requise. Ils ont alors préféré revenir à la Base Aéronavale d’Ivato (BANI).

Un communiqué de la Communication de la Présidence avait alors évoqué un sabotage, la fouille de l’avion ayant fait apparaître que quelqu’un s’y était introduit : une couverture ne se trouvait pas à sa place. Un autre avion, un Airbus 319 envoyé d’Afrique du Sud par un mécène, ami de Madagascar, selon les explications d’Andry Rajoelina, a donc été utilisé le lendemain (vendredi 29 avril 2011) pour rejoindre Lusaka.

L’enquête a été menée, et les conclusions présentées par le Général Richard Ravalomanana confirment que personne ne s’est introduit dans le Falcon, qui est par ailleurs fortement surveillé. Une panne technique devra donc expliquer le problème rencontré durant le vol.

Il s’est avéré que c’est le calculateur qui était défaillant. Une fois cet élément réparé par les techniciens, le fonctionnement de l’avion est revenu à la normale.

Cette mise au point du Général Richard Ravalomanana permet de boucler, en moins d’une semaine, un dossier de sabotage et d’attentat parmi les trois perpétrés contre Andry Rajoelina. Le premier, qui s’était produit au niveau d’Ambohimanarina en 2009, avait fait état d’une éraflure de balle sur la voiture présidentielle.

Aucune suite concrète n’a été donnée à cette attaque concernant les conclusions de l’enquête. En second lieu, l’attentat à la bombe artisanale qui a eu lieu au Marais Masay le 03 mars dernier avait soulevé la voiture présidentielle, et a abouti à l’arrestation de Mamy Rakotoarivelo, un des leaders du TIM-Tiako I Madagasikara.

Ce dernier avait été emprisonné puis gardé à vue pendant 15 jours pour enquête, et finalement relâché par le Parquet, faute de preuves. Deux témoins avaient pourtant certifié que la confection et la pose de la bombe leur avaient incombées sur demande expresse de l’ancien député TIM.

A l’heure actuelle, aucune conclusion non plus sur cette affaire, ce qui donne le champ libre à l’opposition pour parler de « cinéma ». L’intervention claire du Général Richard Ravalomanana hier permet de clore, pour une fois, un dossier d’attentat contre Andry Rajoelina.

Bien entendu, toutes hypothèses d’atteinte à sa personne ou à ses proches ne sont pas à négliger ni à mépriser, mais il est apparu que, pour une fois, réitérons-le, la situation a été éclaircie.
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar