Alerte Infos

Kidnapping à Toliara – Un étudiant en droit présumé cerveau de rapt de Français

Samedi 7 Mars 2015

Neuf prévenus ont été placés sous mandat de dépôt, vendredi dernier, pour le kidnapping du jeune collégien français Houssein Anvaraly à Toliara. À la lumière des investigations policières, un jeune homme de vingt-cinq ans, inscrit en quatrième année de la faculté de Droit de l’Université de Toliara a mis au point cet enlèvement aux côtés de deux fugitifs..

Les kidnappeurs frappent en territoire vierge. Alors que l’épée de Damoclès est toujours suspendue sur les têtes des opérateurs d’origine étrangère ainsi que leurs proches installés à Tana, Toamasina et Mahajanga, en passant par Fianarantsoa, Manakara et Taolagnaro, les ravisseurs commencent à faire parler d’eux à Toliara.

Pour cette affaire naissante, neuf prévenus tombés dans les mailles des filets tendus par les éléments du commissariat central de Toliara, appuyés par les policiers d’élite du Groupe d’intervention rapide (GIR) sitôt l’otage libéré, ont été jetés en prison, vendredi dernier, au terme de leur défèrement au Parquet. Cependant, un dixième suspect a bénéficié d’une mise en liberté provisoire.

Les investigations menées par la police judiciaire de Toliara ont révélé qu’un jeune homme de vingt-cinq ans, en quatrième année à la faculté de Droit de l’Université de Maninday dans la Cité du soleil figure parmi les principaux suspects dans cet acte de banditisme. Soupçonné d’avoir tiré les ficelles dans ce rapt dont un collégien français d’origine indienne, répondant au nom de Houssein Anvaraly, en a fait les frais, il a partagé le sort des huit prévenus mis en détention préventive. En revanche, deux autres cerveaux de ce kidnapping se sont évanouis dans la nature sitôt la rançon tombée dans leur escarcelle.

La police indique que ces deux fugitifs ont empoché un pactole s’élevant à trente-cinq millions d’ariary. Après avoir exigé la somme faramineuse de quatre cent millions d’ariary contre la libération du collégien, les deux individus ont précipitamment mis fin aux surenchères qu’ils ont voulu mener, bien qu’ils n’aient cédé d’un iota au début des négociations.

Hors de contrôle

Le contrôle de la situation a commencé à leur échapper lorsque leur compère étudiant en droit s’est fait prendre par les forces de police dans le quartier de Tsianaloka. Soumis à un feu roulant de questions, ce dernier a vendu la mèche. Il a, du coup, dénoncé toute la bande et dans la foulée, il a conduit les limiers à la planque où était séquestré le collégien.

En fait, Houssein Anvaraly est tombé dans les griffes des kidnappeurs le mardi 17 février aux alentours de midi, à peine sorti de son école, le collège Etienne de Flacourt à Tanambao-Morafeno. Il allait regagner son domicile en cyclo-pousse, en compagnie de sa sœur jumelle, lorsqu’une escouade de ravisseurs leur a bloqué la route avec une Peugeot 405 de couleur noire foncée. Arraché du cyclo-pousse sous les yeux ébahis d’une foule impuissante, il a été tout de suite jeté dans une berline.
Propriétaires d’une quincaillerie, les parents de cet adolescent de douze ans ont pignon sur rue à Toliara. Ce qui a poussé le gang a s’en prendre à ce garçon.

Les forces de police ont retrouvé les traces de la bande lorsque la Peugeot 405 a été retrouvée abandonnée l’après-midi du rapt, aux alentours de 16 h 30, dans un coin perdu au cœur du quartier d’Antsiananaka, non loin de l’endroit où a été séquestrée la victime. Le jeudi 19 février, aux alentours de 21 h, soit près d’un jour et demi après le kidnapping, l’étudiant en droit a été soupçonné comme étant l’instigateur du rapt. Il s’est fait arrêter dans sa tanière à Tsianaloka sur la base d’informations parvenues à la police.

Assaut tardif

Après que l’opération a été en veilleuse pendant près de vingt-quatre heures, le feu vert de l’assaut de la planque du gang a été donné dans la matinée du samedi 21 février aux alentours de 8 h. Entre-temps l’enfant était en lieu sûr et entre de bonnes mains, après avoir été relâché. Une suite d’arrestations s’en est alors suivie. Les propriétaires de la maison où le petit était tenu en captivité ont été les premiers à se faire arrêter. Les arrestations ont fait tâche d’huile durant le week-end. Les deux cerveaux demeurent, toutefois, insaisissables. Aux dernières nouvelles, ils auraient déjà quitté Toliara.

Source : lexpressmada.com
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar