Alerte Infos

La richesse de Madagascar à travers ses plantes médicinales

Jeudi 29 Novembre 2012

© Cyril Ruoso/ JH Editorial/Minden Pictures/Corbis - Biodiversité Récolte de la Rosy Periwinkle, une plante médicinale connue pour ses propriétés anti-cancérigènes, à Madagascar
© Cyril Ruoso/ JH Editorial/Minden Pictures/Corbis - Biodiversité Récolte de la Rosy Periwinkle, une plante médicinale connue pour ses propriétés anti-cancérigènes, à Madagascar
L'Institut malgache des recherches appliquées, collabore avec des industries pharma­ceutiques européennes. Ses produits faits sur place sont utilisés dans nos hôpitaux. (source : blogs.mediapart.fr)

Profes­seur Albert Rakoto Ratsima­manga
Profes­seur Albert Rakoto Ratsima­manga
Vulgarisation des plantes médicinales.

Le département de la recherche et du développement au sein de l'Imra, travaille avec des industries pharmaceutiques en Europe, notamment en France pour pouvoir transformer ses molécules en médicaments. Actuellement, la pervenche de Madagascar a sa place à l'extérieur pour traiter les cancers de sein, de prostate, la leucémie. Mais elle n'est pas encore mise en vente au Pays. « Nous ne disposons pas encore de matériel pour déterminer chaque molécule, c'est pourquoi on travaille avec les industries pharmaceutiques et institutions académiques à l'étranger. La pervenche a été découverte depuis 25 ans, mais ce sont les industries pharmaceutiques de l'étranger qui en profitent. Son coût est élevé et je pense que les pharmacies locales n'en disposent pas », a lancé le docteur Charles Andrian­jara, directeur du département recherche et développe­ment à l'Imra, hier, en marge de la clôture du centenaire du profes­seur Albert Rakoto Ratsima­manga, à son local à Avarabohitra Itaosy. Le directeur a toutefois assuré que cette situation est aujourd'hui révolue, il est interdit d'exporter les plantes médicinales de Madagascar pour en faire des recherches.

Partage équitable « Une convention indique un juste retour et un partage équitable des produits quand une industrie pharmaceutique étrangère exploite nos recherches », affirme t-il. Depuis 2010, l'Imra a une convention avec le ministère de la Santé publique pour l'intégration de la médecine traditionnelle améliorée dans le système de santé La convention consiste à utiliser les produits de l'Imra dans les hôpitaux publics. « Le ministère de la Santé apprend aux médecins l'utilisation de ces produits de plantes médicinales. Aujourd'hui, ils sont prescrits dans les ordonnances de nos patients », renchérit un responsable de l'hôpital d'Ampefiloha. Les chercheurs de l'Imra, tels que le professeur Adolphe Randriantsoa, pharmacologue, confient qu'ils travaillent avec les tradi-praticiens et que beaucoup de plantes médicinales sont exploitables. Seulement, la recherche n'est pas encore une priorité à Madagascar, d'où l'insuffisance de moyens et des chercheurs. Alors que depuis mercredi, l'Imra est reconnu d'utilité publique.

Michella Raharisoa
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar