Alerte Infos

Le grand gâchis du trésor de William Kidd, découvert à Madagascar

Mercredi 13 Mai 2015

Tout était pourtant bien calé depuis des années, avec des autorisations en bon uniforme et des garanties de partage bien établies entre l’Etat malgache et les découvreurs de trésor. Mais c’était sans compter sur les blocages administratifs dont seule l’Administration malgache a le secret.

Au final, un grand gâchis, puisque les équipes américaines d’archéologues et de cinéastes auront passé le plus clair de leur temps à négocier et rester à terre au lieu de travailler et découvrir beaucoup plus que cet unique lingot d’argent mis à jour la veille de leur départ.

Mais la grande perte pour Madagascar c’est surtout d’avoir raté l’opportunité de profiter d’un immense coup de projecteur qui aurait eu des retombées économiques importantes, notamment touristiques. Le contrat précisait bien les termes : un partage à 50/50 entre l’Etat malgache et les découvreurs de toutes les pièces remontées. La réalisation de huit documentaires et la mise en place d’un musée itinérant à travers le monde. Parallèlement les Américains s’engageaient à réhabiliter le musée situé sur l’îlot Madame. Autant d’initiatives qui mettaient Sainte Marie et Madagascar sous les projecteurs, générant du même coup un boom touristique qui se laisse toujours attendre. Des jeunes chercheurs malgaches devaient aussi être formés par les Américains.

Voici le résumé de cette histoire rocambolesque dont le pays, au plus bas des classements en terme de mauvaise gouvernance, se serait bien passé.

A l’origine du projet de fouilles archéologiques sous-marines se trouve Barry Clifford.

Cet Américain passionné d’Histoire s’est fait une réputation mondiale par ses découvertes de trésors et d’épaves historiques dont la plus célèbre est certainement celle supposée de la Santa Maria, bateau de Christophe Collomb au large d’Haïti. Ce grand passionné fréquente l’île Sainte Marie où il y a déjà découvert certaines épaves historiques et espérait aller plus loin avec des équipes de scientifiques et de plongeurs expérimentés. Une expédition est alors organisée en partenariat avec les équipes de tournage October films opérant pour le compte de la chaîne TV History Channel et des archéologues. L’idée étant de mettre à jour les vestiges des 4 ou 5 navires coulés volontairement dans la baie face à l’île aux Forbans, entre l’îlot Madame et le chef lieu Ambodifotatra. Là se trouve la célèbre épave du Sérapis, découvert par Henri Bellon du club de plongée Bora Dive. Un bateau très cher à la fois aux peuples américain et français, célèbre pour avoir été la première prise de guerre du peuple américain qui naissait à ce moment-là.

En tous cas, après des années de travaux, des autorisations obtenues par le Ministère de la Culture et du Patrimoine en 2013 par la Ministre Elia Ravelomanantsoa, réputée pour sa clairvoyance et son intégrité, et environ 4 MUS$ d’investissements, une trentaine de personnes arrive à Sainte Marie le 10 mars dernier à bord de 4 avions privés avec 3 tonnes de matériels.

C’est là que les choses se corsent puisque le Ministère de la Culture et du Patrimoine, représenté cette année par Mme Brigitte Rasamoelina, bloque tout et soupçonne même les scientifiques et les cinéastes d’être de nouveaux pirates venus piller le Patrimoine malgache. La suite, tous ceux qui vivent dans le pays la devinent aisément : des allers et retours de fonctionnaires plus ou moins bien informés avec qui il est conseillé de « négocier ». Le temps passe et les autorisations de plongée tombent enfin, mais c’est trop tard : les Américains qui eux respectent les contrats et les délais impartis devaient quitter le pays ce samedi 9 mai et ce n’est que deux jours avant de plier bagage que Barry Clifford tombe presque par hasard sur le fameux lingot d’argent. Voici le témoignage de Henri Bellon, plongeur professionnel résident à Sainte Marie qui accompagnait la mission : « Barry avait repéré des ballasts* non loin des fouilles en cours, à quelques mètres de l’îlot Madame et par 6 mètres de fond à peine. Par curiosité, il se mit à fouiller un peu dans la vase avec ses mains avant de tomber sur une cavité (sûrement une cale du bateau NDLR). C’est en mettant un bras dans cette cavité que le lingot de 55 kilos lui est tombé sur l’épaule occasionnant un énorme hématome ».

Sur le lingot on peut y lire clairement le chiffre « 95 », qui correspond certainement aux dires des spécialistes à sa date de fabrication « 1695 », ce qui collerait parfaitement à la date du naufrage du bateau de William Kidd, l’Adventure Galley en 1698. Mais l’identité de l’épave reste encore à confirmer. Autre paradoxe : pourquoi le célèbre pirate écossais aurait il brûlé son bateau comme l’indique la légende, sans l’avoir auparavant délesté de ses trésors ? Autant de questions qui pourraient être éclaircies par des études sérieuses prévues désormais par un autre contrat entre Barry Clifford et les autorités malgaches. Mais les récentes découvertes d’épaves font craindre le pire car systématiquement pillés par des réseaux mafieux protégés en haut lieu à l’exemple du Sao Idelfonso (lire l’article en date du 8 mai dernier).

Pour François Xavier Mayer, autre plongeur bien connu de Sainte Marie : « il n’y a plus qu’à espérer que ce site à proximité de la côte ne devienne pas un Ilakaka de la mer », en référence à ce site dans le sud ouest du pays, riche en gisements de saphirs pillés massivement par n’importe qui et n’importe comment depuis 15 ans.

Source : agencepresse-oi.com
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar