Alerte Infos

Le paludisme mute à Madagascar

Dimanche 17 Novembre 2013

Le paludisme mute à Madagascar
Une apparente mutation génétique d’un des parasites du paludisme, appelé P. vivax, pourrait menacer des dizaines de millions de personnes dans le monde notamment en Afrique qui y sont jusqu’à présent naturellement résistantes, révèlent deux recherches aux Etats-Unis.

La Plasmodium vivax, à l’origine d’une forme plus bénigne du paludisme qui a provoqué près de 20 millions de cas en 2010, "pourrait connaître une mutation rapide" pour déjouer la protection naturelle conférée par un certain type sanguin trouvé chez des millions d’Africains, expliquent les auteurs de ces travaux. Bien que provoquant un paludisme moins grave que celui résultant du Plasmodium falciparum, responsable d’une grande majorité des décès surtout de jeunes enfants en Afrique subsaharienne, le P. vivax menace presqu’autant de personnes dans le monde à savoir 2,49 millions, selon ces chercheurs.

Et ce nombre pourrait nettement grimper si ce type de groupe sanguin en question ne confère plus de protection complète, craignent-ils.

Le paludisme provoqué par le P. vivax est d’une certaine façon plus dangereux que celui résultant du P. falciparum car il a la capacité de "se dissimuler" dans le foie et de réapparaître de nombreuses fois dans le sang pour provoquer des rechutes de l’infection, notent ces scientifiques.

Selon eux, cette mutation génétique se propage par les voyageurs depuis Madagascar, où elle a été trouvée dans plus de 50% des 189 échantillons prélevés, soit la prévalence de loin la plus élevée. En comparaison, moins de 10% des 33 échantillons du parasite venant du Cambodge avait cette mutation.

Les professeurs Zimmerman et Serre vont tenter de déterminer si ces changements génétiques sont bien la cause de la perte de protection au P. vivax chez les personnes naturellement résistantes.

Ils vont à cette fin étudier des échantillons de sang de 1.500 personnes souffrant du paludisme provoqué par le P. vivax dans deux zones de Madagascar.

Leur plus grande crainte est que le parasite mutant ne traverse le Canal du Mozambique, bras de mer de 400 kilomètres séparant Madagascar de l’Afrique, où des millions d’Africains pourraient perdre leur immunité contre ce parasite.

(source http://www.clicanoo.re/)
Vola Rasoamanana

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar