Alerte Infos

Le rêve malgache de l’auto-constructeur

Vendredi 7 Novembre 2014

C’est à Madagascar qu’Éric Duval se forge un savoir-faire dans la construction de maison en bois, Aujourd’hui, après s’être bâtit son « refuge» sur la côte Est de la grande île, il y pré-construit des cases destinées à La Réunion.

" Le bitume " est le nom donné à la seule route traversant la ville de Foulpointe, située à 60 km au nord de Tamatave. De part et d’autre de cette nationale, des restaurants, des bars. Au-delà, les ruelles finissent par guider le voyageur dans un dédale débouchant sur un lagon, bordé d’une plage à perte de vue. Là, sont installées les propriétés les plus somptueuses de la commune. Parmi elles, l’ « Eden refuge », propriété d’Éric Duval.

Vingt-trois ans en arrière, un CAP de menuiserie en poche, le jeune Éric Duval décide de quitter sa Bretagne natale pour changer d’hémisphère, avec l’idée de créer une activité de pêche à la Réunion. Mais très vite, le projet initial tombe à l’eau tandis que les factures, elles, continuent à affluer. « J’acceptais tous les petits boulots dans le bâtiment : électricité, menuiserie», se souvient le breton. Un autodidacte, donc, mais aussi un aventurier qui ne se contente plus d’une vie occidentale qu’il juge étouffante : « on a l’impression d’être fliqué tout le temps ici…. ».

Cette fois le voyageur part pour Madagascar, où quelques années auparavant il fait l’acquisition d’un terrain en friche de quatre hectares, situé sur la commune de Foulpointe. Aujourd’hui, en pénétrant dans l’ « Eden refuge », on a du mal à imaginer cette même nature, non apprivoisée. Deux rangés de bambous géants escortent les voyageurs, depuis l’entrée vers une maison entourée d’un jardin exotique, où se mêlent différentes espèces de bambous, ravenalas, flamboyants

« Cette maison c’est la première que j’ai construite », ponctue le quinquagénaire. La construction de case est vite devenue une passion dans laquelle l’auto-constructeur dépense le plus clair de son argent et de son temps. En quinze années à Madagascar, aidé d’artisans locaux, il bâtira trois autres maison sur son terrain. Et quelles maisons ! Éric réussit à allier avec soin finition et aspect naturel des matériaux qu’il exploite. Le résultat ce sont des cases uniques, où chaque recoin fait preuve d’originalité dans sa conception : un bar composé de fine lames de bois disposées les unes contre les autres ; des barrières intérieures constituées uniquement de bois de goyavier brutes ou encore des pans de mur remplacés par des bambous géants alignés côte à côte…

Même si le quinquagénaire se dit heureux de pouvoir s’épanouir à Madagascar, il garde cependant un pied à la Réunion, où il se rend plusieurs fois par an. « Il faut garder une porte de sortie quand tu vis à Madagascar… pour ne pas t’y retrouver bloqué », éclaircit-il. Et pour son dernier retour, il ramène, dans ses bagages, 1 790 pièces de bois qui dans trois mois constitueront une case de deux cents mètre carré pour le premier client d'Eric situé dans les hauts de l'Ouest. « On a fonctionné avec des plans conçus par une boite d’architectes réunionnais pour préparer toutes les pièces à Madagascar » précise-t-il. Une activité professionnelle que l’auto-constructeur compare à une « assurance vie » lui permettant de jouir sereinement de son rêve malgache.

Corentin ARNAUD (Infocom)
Source: reunion.la1ere.fr
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar