Alerte Infos

Les premiers résultats de la quatrième campagne de fouilles archéologiques à l’île Tromelin

Lundi 7 Octobre 2013

L’île Tromelin
L’île Tromelin
Des fouilles archéologiques se sont déroulées à l’île Tromelin en 2006 2008 et 2010. L’île déserte, a été le lieu de résidence forcée de 80 esclaves entre 1761 et 1776, abandonnés après le naufrage de l’Utile.

L'histoire de l'île de Tromelin est en effet singulière :

En avril 1761, l’Utile, flûte de la Compagnie française des Indes Orientales, armée à Bayonne arrive à l’Ile de France (île Maurice). Deux mois plus tard, le gouverneur l’envoie à Madagascar pour s’y procurer les vivres (boeuf et riz) dont la colonie a besoin. Malgré l’interdiction qui lui en a été faite, Lafargue le commandant de la flûte embarque en même temps des esclaves, 160 hommes et femmes dans les cales du navire. Puis, il fait route vers l’île de France. En chemin, à la suite d’une erreur de navigation, le navire fait naufrage sur une île déserte, l’Ile de Sable, aujourd’hui appelée Tromelin.

Au matin, les 122 hommes d’équipage et les 88 esclaves rescapés se retrouvent sur un îlot d’un kilomètre carré. Avec les matériaux récupérés du navire naufragé, les marins commencent à construire un petit bateau de fortune avec l’aide des esclaves. Deux mois plus tard, les 122 membres d’équipage s’y entassent avec des vivres. Les esclaves découvrent alors qu’aucune place n’a été prévue pour eux. On leur promet que les autorités seront alertées et qu’un autre navire viendra bientôt les chercher.

Cette promesse ne fut jamais tenue. Ce n’est que quinze ans plus tard, le 29 novembre 1776, après trois tentatives avortées, que le chevalier de Tromelin, commandant la corvette La Dauphine, récupérera huit survivants : sept femmes et un enfant de huit mois.La quatrième campagne de fouille a permis d’apporter des précisions sur les conditions de vie des personnes abandonnées sur Tromelin en 1761. 350 kg d’objets ont été prélevés et seront étudiés en laboratoire. Certains montrent que les personnes abandonnées sur l’île déserte « avaient dépassées le stade de la survie » précise Max Guerout le responsable de la campagne, membre du Groupe de recherche en archéologie navale.

Les archéologues regrettent de ne pas avoir trouvé de tombe « nous aurions pu avoir des précisions sur les rites funéraires et sur la biologie de ces individus » précise Thomas Romon de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

15 ans après le naufrage, il ne restait plus que 7 femmes et un bébé de 8 mois. les rescapés ont été ramenés à Madagascar.

(Par Gilbert Hoair - Réunion.la1ère.fr et www.Zinfos.974)

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar