Alerte Infos

Les revendications territoriales se poursuivent sur les îles Eparses

Samedi 24 Octobre 2015

Les revendications territoriales sur les îles Eparses se poursuivent entre Madagascar et la France, et la cogestion apparaît toujours bien lointaine. En attendant que la diplomatie avance, deux entreprises ont commencé leurs missions d’exploration pour chercher du pétrole et du gaz au large de ces îles de l'océan Indien.

Comment pourrait se passer cette cogestion ?

Le président malgache Hery Rajaonarimampianina a envisagé il y a un an, en septembre 2014, une cogestion des îles Eparses par la France et Madagascar. Il avait envisagé cette solution à son retour de Paris, après avoir rencontré le président François Hollande. Hery Rajaonarimampianina n’avait alors pas précisé comment pourrait se passer cette cogestion et, depuis, le dossier est au point mort et les contours de cette possible cogestion à venir sont dès lors difficiles à dessiner.

Le président avait simplement pris comme exemple le cas d’une autre île de l’océan Indien, l’île Tromelin, un territoire français revendiqué par l'île Maurice. Un traité de cogestion a été signé entre Maurice et la France en 2010, il prévoit une cogestion de l’île dans trois secteurs : l’environnement, l’archéologie et la pêche. C’est un compromis qui prévoit qu’« aucun des deux Etats ne renonce à ses revendications territoriales mais les deux acceptent néanmoins de travailler ensemble dans des secteurs déterminés en commun ».

Ainsi, concernant l’île de Tromelin, la France n’a pas renoncé à sa souveraineté et Maurice n’a pas renoncé non plus à ses ambitions de récupérer, à terme, cette île qu’elle revendique. On se réfère souvent à ce cas afin d'expliquer que la cogestion est une solution possible, mais il faut savoir que le traité pour Tromelin n’est pas appliqué aujourd’hui. Il n’a toujours pas été ratifié par le Parlement français, car il y a eu des résistances de certains députés qui considéraient qu'il avantageait trop Maurice. La cogestion n’est donc pas chose facile à obtenir.

Une cogestion bien lointaine

La cogestion des îles Eparses est donc encore au stade de projet, et Madagascar en est encore très loin. C’est un dossier sensible de conflit territorial et la présidence malgache, visiblement, n’est pas très agressive sur le sujet ; elle n’en fait pas une priorité. Début octobre, le président malgache était à l’Assemblée des Nations unies à New York. A son retour, quand des journalistes lui ont demandé s’il avait abordé le cas des îles Eparses, il a répondu que Madagascar attendait les discussions avec la France. « Focalisons-nous prioritairement sur le redressement de notre pays », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, la France exerce bien sa souveraineté sur les cinq îles Eparses. Fin septembre, deux sociétés minières ont été autorisées par le gouvernement français à poursuivre leurs explorations sur l’île Juan de Nova, dans le canal du Mozambique. Car ces îles Eparses pourraient être des réservoirs importants d’hydrocarbures.

Source : RFI.fr

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar