Alerte Infos

Les trois "T" (Teta, Thominot, Tsiliva) et les autres…

Lundi 18 Mars 2013

Tsiliva (Photos D.C. et Libertalia Records)
Tsiliva (Photos D.C. et Libertalia Records)
Les auditions de jeudi, vendredi et samedi derniers ont permis de faire émerger trois groupes : Teta, Thominot et Tsiliva, trois formations issues du Sud de Madagascar. De ces trois "T", deux ont déjà une belle petite carrière derrière eux. (source : clicanoo.re)

Thominot
Thominot
Tsiliva, depuis un premier album en 2005, a en effet aligné quelques tubes imparables dans le style hyper rapide du kilalaky. Mais la semaine dernière, il a innové, prenant la guitare "pour la première fois de ma vie sur scène" à la tête d’une formation réduite à six musiciens. "D’habitude, je cours partout sur la scène, avec 13 musiciens", précise-t-il. Mais ses qualités de showman (et aussi son pantalon à fleurs roses) ont mis en relief l’essence d’un homme de spectacle, ayant su équilibrer énergie scénique et finesse musicale. Tsiliva doit jouer au mois de mai aux Musiques Métisses d’Angoulême.

Il y retrouvera son ami Thominot, venu de Fort-Dauphin dont l’expérience a fait mouche dès la première soirée de showcase. Armé de son kabosy géant (fait maison) et accompagné de deux autres kabosy (de tailles normales, eux), d’une choriste et d’un batteur, l’ancien leader d’Hazolay a fait parler la poudre ternaire du Sud, dans une bonne humeur quasi-épidémique et surtout une capacité à fédérer sur sa seule personne les énergies du public. Assurément le résultat de longues années à écumer les scènes malgaches et extérieures (France, Réunion, Seychelles et même Corée). Thominot n’est pas né de la dernière pluie, mais à Tana, nous étions prêt au déluge !

C’est dans l’air sec de Tuléar que Teta, pour sa part, a embarqué la salle de l’Horloge. Seulement armé d’une guitare, dont il joue comme personne, et accompagné d’un choriste, Kirasoa, avec qui il travaille depuis 16 ans, Teta pourrait bien être, enfin, l’âme du tsapiky acoustique exportable. Car l’humilité de cet homme de la brousse est déconcertante, transpire entre les notes de ce guitariste virtuose, auteur de deux albums tiréS à quelques centaines d’exemplaires, passés tristement inaperçus. Il se pourrait bien que Teta trouve enfin la voie vers l’extérieur, avec une première programmation, pourquoi pas, au prochain Manapany Festival. Teta face aux vagues de la mer, c’est quasiment une évidence.

Derrière ce trio figurent au moins trois autres espoirs sérieux de réussite à l’extérieur de Madagascar. A commencer par Mafonja qui, après un succès juvénile au sein d’un boys band (Unik), trouve ses marques vocales en duo avec le pianiste Silo puis monte sa propre formation, dans un registre flirtant avec le rap, la variété, le folk, en malgache mais aussi en français. Un brin tétanisé sur scène, gauche et centré sur lui-même, Mafonja, en seulement 30 minutes, aura tout juste entrouvert les portes de son univers. "J’ai connu la vie de star à l’époque d’Unik, et être reconnu dans la rue, je n’en veux plus, dit Mafonja. En revanche, être reconnu artistiquement, c’est mon but". Mafonja, mystérieux, tendu, mais à suivre…

Vient ensuite Joel Rabesolo, guitariste proprement incroyable, silhouette de grande liane portant une coiffure à la Slash. Servi par un batteur brillant, le flamboyant Joel sait tout faire, dans la veine rock ou jazz. Une merveille de dextérité mais, est-ce l’excès de talent ? Joel Rabesolo, en empruntant toutes les voies, nous laisse désorienté. Une fois cadrés, Rabesolo and friends pourraient bien devenir la "tuerie" de la musique malgache moderne.

Silo, lui, semblait avoir le champ libre. Premier artiste signé par le label Libertalia Records, ce pianiste surdoué avait été choisi pour la direction artistique de l’ensemble des showcases. Se serait-il dispersé à l’excès ? En tout cas, sa prestation, à Tana, aura déçu, Silo semblant davantage tourné vers ses musiciens que vers le public. Mais l’écoute de son album, "Silography", replace Silo à sa juste place dans la sphère musicale de la Grande-Ile en 2013 : au tout premier rang des défricheurs inlassables, explorant les rivages électro avec des envies de transcender les tabous. La route de Silo ne saurait être réduite à une demi-heure un brin cahoteuse.

Plutôt en-deçà de sa vraie valeur, également, la prestation de Baba, dont le double rôle de batteur et chanteur aura finalement desservi la rigueur de ses mélodies. Accompagné de deux fils Jaojoby (guitare et basse), Baba s’affirme pourtant comme un grand interprète. Et, paraît-il, il fait merveille à la guitare. Pour Baba, le changement, serait-ce maintenant ?


Teta
Teta
Deuxième groupe du catalogue Libertalia Records, Mika & Davis, quant à eux, auront insufflé la fraîcheur de leur pop/folk mais, sur scène, il aura manqué un peu de sel pour emporter la totale adhésion des invités. Reste que, une semaine plus tôt, au Jao’s Pub, leur concert avait emporté tous les suffrages. Or la voix du public, comme chacun sait, est le seule qui compte…

Terminons avec Arison Vonjy, certainement l’artiste le moins formaté pour l’exportation dans cette sélection. Mais ce n’est pas lui faire injure : ses compositions sont léchées, sa technique vocale impeccable. Sauf qu’Arison, plongeant dans le registre du chanteur de charme, se laisse envahir par les codes de l’exercice, entre vibratos tenus et déchanchements lascifs. Avec un petit brin de sobriété, en revanche…
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar