Alerte Infos

Liliana Lova Rahoaritsalamanirinarisoa – Enseignante stagiaire à Madagascar

Dimanche 30 Décembre 2012

Photo: IRIN
Photo: IRIN
Ambohimanga - Rova - Liliana Lova Rahoaritsalamanirinarisoa, une mère célibataire de 25 ans du village d’Ambohimanga Rova, à environ 24 km à l’est de la capitale de Madagascar, Antananarivo, est confiante pour l’avenir, malgré ses difficultés quotidiennes. (source : irinnews.org)

Elle vit dans une église avec sa mère et son père – le prêtre du village – sa fille de deux ans et ses cinq jeunes frères et sœurs. Ils élèvent des poulets et des porcs en complément des trois salaires familiaux, ces derniers n’étant pas suffisants pour nourrir cette famille de neuf personnes.

Mme Rahoaritsalamanirinarisoa a commencé sa formation d’enseignante et reçoit la moitié du salaire mensuel d’un enseignant diplômé, soit environ 23 dollars. Le trajet quotidien pour se rendre à l’école est de 10 km aller-retour et l’école accueille 100 élèves dans deux salles de classe qui sont chacune divisées en quatre par des rideaux.

« Nous élevons des poules et des porcs pour gagner un peu plus d’argent, car mon salaire et celui de mon père et de mon frère ne suffisent pas à tous nous nourrir. Ma mère et moi brodons également des tabliers. Mais, globalement, je pense que notre vie est meilleure que celle de nos parents. Nous avons maintenant la télévision, le téléphone et une chaîne hi-fi, ce qu’ils n’avaient pas en grandissant. Ils sont allés à l’école jusqu’en troisième tandis que nous avons pu terminer nos études. Et je ferai en sorte que la vie de ma fille soit encore meilleure que la mienne.

« J’étais très contente de trouver un travail d’enseignante. La seule chose qui m’attriste est l’attitude des parents. Ils avaient promis de compléter mon salaire avec du riz, car je gagne très peu, mais ils ne l’ont jamais fait. J’ai l’impression qu’ils ne sont pas reconnaissants du travail que je fais pour éduquer leurs enfants.

« J’ai obtenu mon baccalauréat. C’est la meilleure chose qui me soit arrivée cette année. Le diplôme m’a ouvert de nouvelles possibilités, car peu de gens ici ont ce niveau [d’études]. Maintenant que j’ai mon baccalauréat, mon salaire va augmenter et je vais pouvoir commencer à suivre des cours par correspondance, car plus tard, je voudrais devenir avocate. Je peux aussi commencer à enseigner au lycée l’après-midi et à donner des leçons privées en français pour gagner de l’argent afin de m’acheter des livres.

« Le début de l’année scolaire est toujours plus difficile pour nous. Nous devons emprunter de l’argent pour payer les frais de scolarité de mes trois frères, de mes deux sœurs et de ma fille. Nous avons emprunté de l’argent aux voisins pour pouvoir tout payer et, le mois dernier, nous avons essayé de réduire les dépenses de nourriture. En temps normal, nous achetons et nous consommons 100 kilos de riz par mois, mais actuellement, nous réduisons les quantités de riz et d’huile. Il ne nous reste jamais d’argent. C’est difficile de payer les factures chaque mois ».
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar