Alerte Infos

Madagasca : un patron de bar d'Agen raconte ses minutes de calvaire à Nosy Be

Vendredi 8 Novembre 2013

Le patron du bar de nuit Le Take Off et ses proches ont été victimes de quatre hommes armés. Il est encore groggy par l’agression qu’il a vécue avec ses proches, le 25 octobre dernier, à Nosy Be...

Un home-jacking d’une demi-heure perpétré par quatre hommes cagoulés et lourdement armés, qui sont repartis avec argent liquide, matériel informatique, et portables.

Hubert Gaulin, quadragénaire agenais, patron du bar de nuit Le Take Off à Agen, avait choisi de s’offrir des vacances à Madagascar, où vit son père depuis maintenant une vingtaine d’années.

Des vacances attendues depuis trois ans. « Je partais avec ma compagne et son fils de 12 ans, et mon frère devait nous rejoindre à Nosy Be. Nous partions le 22 octobre pour quinze jours », raconte-t-il.

Arrivée à Nosy Be le mercredi 23 octobre. Hubert retrouve son père et la compagne de celui-ci. Les deux premiers jours, la petite famille profite des vacances dans la maison paternelle dans un petit village sur l’île.

Le vendredi 25, dans l’après-midi, Hubert va chercher à l’aéroport son frère cadet et la famille au complet se retrouve à dîner dans la maison.

« Il faisait chaud et nous avions ouvert la porte arrière de la maison qui donne sur le jardin. Quand tout d’un coup, vers 20 h 30, alors que nous étions à table, quatre individus cagoulés ont fait irruption dans la maison. Trois d’entre eux avaient des kalachnikovs et le quatrième un pistolet automatique. Ils nous ont intimé l’ordre de nous allonger au sol. Seul mon père est resté debout pour leur indiquer où se trouver tout ce qui pouvait avoir de la valeur : argent liquide, téléphones portables, tablettes, ordinateurs et bijoux. Ils ont tout fouillé. Ils sont restés 30 minutes et croyez-moi, ça nous a paru une éternité. J’étais sûr qu’on allait y passer. »

Au terme de ces minutes interminables, les quatre hommes prennent en otage la compagne malgache du père d’Hubert Gaulin, et sortent.

« Ils voulaient qu’elle leur démarre une voiture. Ce qu’elle a fait et ils ont embarqué à bord, la relâchant. Ils abandonneront le véhicule quelques kilomètres plus loin. »

Dans la maison, c’est le choc. « J’ai eu surtout très peur pour ma compagne, son fils et mon frère. Nous avons subi des violences verbales mais pas de violences physiques, même si nous sentions parfois la pointe des armes. Et lorsqu’ils sont partis, nous avons appelé des voisins, la police… Ils ne sont arrivés que 20 minutes après et nous étions tétanisés à l’idée que nos agresseurs puissent revenir entre-temps. Nous n’osions même pas sortir de la maison. »

La fin de la soirée sera également éprouvante : dépositions, puis bouclage des valises à toute allure pour rejoindre un hôtel sous escorte policière.

« Le lendemain, nous sommes allés porter plainte puis nous avons contacté l’ambassade qui nous a dit que d’autres personnes avaient été victimes de ce type d’agression quelques jours auparavant et certaines avaient subi de lourdes violences. 48 heures plus tard, nous rentrions à Agen. »

Le père d’Hubert, lui, est resté chez lui, sur place. « En vingt ans de vie à Madagascar il n’avait jamais vécu d’incident quel qu’il soit. Nous nous étions renseignés auprès d’amis là-bas avant de venir passer des vacances d’autant que début octobre deux Français avaient été tués et leurs corps brûlés à Madagascar. Notre agression n’était pas dans cette lignée. Il s’agissait d’un acte crapuleux pour obtenir de l’argent. »

L’émotion est encore là. Hubert Gaulin et ses proches ont du mal à retrouver la sérénité. « D’autant que nous n’avons eu droit à aucune prise en charge y compris par l’ambassade. »

Le patron du Take off a passé sa seconde semaine de vacances à Agen, chez lui, au calme avec sa compagne. « On a sursauté aux coups de sonnette des enfants le soir d’Halloween ! Il nous faut clôturer cette histoire et nous allons nous faire aider… »

Jeudi soir, le patron du Take off rouvrait son bar et reprenait le travail. « Je pense que je ne serai pas aussi jovial et décontracté que d’habitude… Il va falloir un peu de temps… »

Source Sud Ouest
Vola Rasoamanana

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar