Alerte Infos

Madagascar / Elections : Béatrice Atallah : "La cenit publiera les résultats provisoires le 8 novembre"

Mercredi 30 Octobre 2013

La présidente de la Commission électorale nationale indépendante (Cenit) donne des explications sur la lenteur de la publication des résultats. 100% des résultats issus des bureaux de vote sont déjà arrivés au niveau des districts.

• Quatre jours après le scrutin, les résultats publiés par la Cenit représentent encore moins de 20% des bureaux de vote. C'est du jamais vu à Madagascar, que se passe-t-il ?

- Je vous signale qu'auparavant, les résultats provisoires publiés ont été collectés par sms, par téléphone ou bien par BLU. Ce sont des solutions faciles et il est normal que des résultats provisoires peuvent être publiés très vite. Le risque évidemment est que les informations sont facilement manipulables d'autant que le nombre très élevé des candidats dans ce scrutin complique davantage les choses. L'objectif est de protéger le vote que chaque citoyen a fait et pour pouvoir le faire, nous ne pouvons pas courir ce risque et faire n'importe quoi. C’est pourquoi la Cenit a privilégié la rigueur dans sa méthode de travail. Chaque résultat qu’elle publie, a passé toutes les étapes de contrôle et sa traçabilité est garantie. Tous les bulletins de vote sont stockés et disponibles et en cas de besoin, un décompte peut être fait à tout moment.

• Le rythme actuel respecte-t-il le calendrier de publication prévu initialement ?

- La loi reconnaît uniquement le matériel physique. Elle prévoit que la Cenit dispose entre sept et dix jours après l'arrivée de tous les plis électoraux au niveau des Services de recensement matériel de vote (SRMV) pour publier les résultats provisoires. Aujourd'hui, 98% des résultats issus des bureaux de vote sont déjà remontés au niveau des SRMV et je pense que ce chiffre devra atteindre 100% à la fin de la journée. Ainsi, si l'on compte à partir d'aujourd'hui, les résultats provisoires devront sortir avant le 8 novembre et c'est justement la date à laquelle nous comptons publier nos résultats provisoires.

• Comment expliquer qu'une grande partie des résultats pour la ville d’Anta­nanarivo, la plus proche circonscription électorale par rapport à votre siège, arrive bien après d'autres localités très éloignées ?

- D'après mes informations, la tendance des résultats dans la ville d'Anta­na­narivo a toujours été comme ça dans toutes les précédentes élections. L'explication est simple : il y a un plus grand nombre d'électeurs dans les bureaux de vote, jusqu'à 1900 pour certains et au-delà même de 2000 pour d'autres. Ces derniers ont donc fermé tardivement et le comptage des voix ainsi que toute la procédure en général, jusqu'à l'arrivée du matériel de vote au niveau des SRMV, prennent plus de temps.

• Pouvez-vous résumer la procédure de traitement des procès verbaux jusqu'à leur arrivée à la Cenit ?

- Les procès verbaux (PV) remplis partent des bureaux de vote et sont d'abord acheminés jusqu'au SRMV du district. Là, les PV sont scannés puis sont envoyés via le réseau intranet privé de la Cenit avant d’être réceptionnés et imprimés au siège à Antananarivo. Les PV réels sont ensuite acheminés par véhicule ou par hélicoptère jusqu'à Antananarivo. La Cenit travaille donc à l'heure actuelle sur deux points : sur les procès verbaux scannés et sur les PV réels pour ceux qui sont déjà arrivés sur place.

• Pourquoi la publication des résultats est-elle donc aussi lente et pourquoi cette différence importante entre les PV scannés reçus et les PV confrontés ?

- Les PV scannés arrivent en format PDF. Ils sont imprimés et sont ensuite vérifiés pour détecter les éventuelles erreurs matérielles. Le PV est à nouveau saisi dans l'ordinateur avec les éventuelles corrections. Le PV imprimé original est ensuite confronté avec le document nouvellement saisi avant d'être validé définitivement par une commission de validation. C'est toute cette précaution que nous prenons qui explique cette lenteur comme vous dites, mais j'estime qu'elle est indispensable pour garantir la sécurisation des résultats. C'est ce qui explique également la différence entre les PV reçus et les PV confrontés et publiés.

• Les moyens logistiques déployés par la Cenit ont donc été dépassés, notamment par rapport au nombre des opérateurs de saisie.

- Non, je suis très satisfaite du travail réalisé par l'équipe de la Cenit et je pense que les moyens logistiques que nous avons déployés, ont bien suffi et ils ne sont pas remis en cause en ce qui concerne le temps nécessaire pour la publication des résultats provisoires. Pour ce qui est des opérateurs de saisie, nous avons trois équipes composées de 50 opérateurs chacune qui travaillent en rotation. Deux opérateurs de saisie s'occupent d'une région, ce qui fait au total 44 personnes. Les six personnes restantes sont des chefs d'équipes qui supervisent chaque province. Je précise que le financement de tout le personnel non permanent est supporté par le budget de la Cenit et donc de l'État.

• Mais n'est-il pas envisageable de publier les résultats bruts et de corriger au fur et à mesure que le con­trôle se fait ?

- Je ne pense pas que cela soit indiqué. Il y a des erreurs sur les procès verbaux, ce que nous appelons des erreurs matérielles. Il y a de nombreux cas d'erreur matérielle possible, mais les plus fréquents sont les fautes de calcul sur les chiffres qui figurent sur les procès verbaux. La raison est simple. Souvent, les bureaux de vote ne disposent pas de machines à calculer, nous sommes donc obligés de revérifier tous les chiffres. Le plus surprenant est que ce sont les bureaux de vote d’Antananarivo-ville qui ont commis le plus grand nombre d'erreurs matérielles. Voilà pourquoi je pense que les bureaux de vote devront être dotés de machines à calculer pour éviter qu’elles ne se répètent au deuxième tour.

• On parle de plus en plus de risque de fraude, comment s'assurer que le personnel de la Cenit qui manipule le matériel de vote, dispose de l'intégrité nécessaire à sa tâche ?

- Effectivement, notre personnel ne prête pas serment, mais tous ont signé des lettres d'engagement lors de recrutement. Par ailleurs, ils ont été recrutés sur appel d'offres et nous avons fait un filtrage rigoureux pour garantir leur bonne moralité. Je pense aussi qu'ils sont conscients que les tâches qu'ils assument ici sont très sensibles et que le moindre faux-pas pourrait leur coûter cher. Les précautions comme les fouilles et l'interdiction d'amener son téléphone sont également prises pour sécuriser l'enceinte de la salle ou sont traités les donnés.

• Et comment expliquez-vous que la liste électorale a omis autant d’électeurs ?

- Selon l'article 15 du code électoral, c'est un devoir de chaque citoyen de vérifier que son nom figure bien sur la liste électorale. Dès que cette liste est clôturée, il perd automatiquement, ipso facto, son droit de réclamer. La confection de la liste électorale a duré une année, de septembre 2012 jusqu'au 9 octobre dernier. Durant vingt jours au mois d'avril, chaque citoyen pouvait vérifier son nom sur les listes provisoires affichées dans les fokontany.

• Peut-on envisager la retouche de cette liste pour intégrer ces personnes au deuxième tour ?

- Personnellement, je ne suis pas favorable à une réouverture de la liste électorale. D'abord, la pratique universelle est que c'est avec la même liste électorale utilisée au premier tour qu'on réalise le deuxième tour. C'est en quelque sorte la règle de jeu. Et puis, le temps est trop serré parce que la loi stipule que seule une décision de justice permet de rouvrir cette liste. Il va donc falloir que tous ceux qui pensent être en droit de voter portent plainte, que le tribunal sorte son verdict, que la retouche proprement dite soit faite et surtout que l'opération de dédoublement soit réalisée. Je pense qu'il serait impossible de réaliser tout cela. Mais je vais soumettre le débat à notre assemblée générale qui en décidera. Je rappelle que tous les signataires de la feuille de route, dont beaucoup sont ou ont des candidats, sont représentés au sein de la Cenit et sont donc partie prenante dans toutes les décisions que nous prenons. Nous avons également notre réunion hebdomadaire avec deux représentants de chaque candidat.

Mahefa Rakotomalala

(source : lexpressmada.com)
C. R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar