Alerte Infos

Madagascar - Elections - Offensive pour les législatives

Lundi 8 Juillet 2013

Maître Hery Rakotomanana
Maître Hery Rakotomanana
L’idée de tenir la députation avant la présidentielle revient à la surface. Pour l’instant, la tentative se heurte à l’autre courant du maintien de la course. (source : lexpressmada.com)

Cela s’apparente à une tentative de renverser la vapeur. Les partisans de la tenue de la députation avant la présidentielle reviennent à la charge pour suggérer l’inversion de lordre des scrutins au moment où le calendrier électoral connaît un flottement.

« Les législatives constituent la voie [de sortie de crise] », a indiqué Maître Hery Rakotomanana, vendredi à Ankadivato. L’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), expose les idées du groupement des « experts nationaux » aux côtés de Madeleine Ramaho­limihaso, ou encore de Bruno Rakotoarison, ancien membre de la CENI et ancien secrétaire général du Conseil national d’observation des élections et de l’éduction des citoyens (CNOE/KMF).

L’ancien président de la CENI considère qu’ «avec l’histoire des 41 candidats, la situation est bloquée et présente des risques en matière de sécurité». Il soutient l’intérêt de la tenue des législatives permettant de « dégager les rapports des forces et d’un Premier ministre solide pour gouverner et préparer la présidentielle ». Il considère que cette « voie » devrait permettre de « dissuader les candidats présidentiels opportunistes ».

Me Hery Rakotomanana se défend toutefois d’une démarche entrant dans le cadre d’une stratégie organisée pour faire passer la proposition. « Cela n’a rien à voir avec le président de la Transition, Andry Rajoelina. Nous maintenons seulement notre position », affirme-t-il. « Certes, les idées peuvent se rapprocher, mais nous avons déjà suggéré cette idée dès mars 2012. Mais la CENIT et les experts onusiens avaient fixé l’ordre actuel des scrutins, à savoir le jumelage du deuxième tour de la présidentielle avec la députation, et nous nous inclinions devant le choix », rappelle-t-il.

Coïncidence ou réalité, les partisans de la tenue des législatives avant la présidentielle se font entendre la veille de la réunion entre les experts internationaux et la CENIT, pour réfléchir sur le calendrier électoral. Des parlementaires et anciens parlementaires réputés proches d’Andry Rajoelina, relancent l’idée que ce dernier avait été proposé en début de l’année. Pety Rakotoniaina, président de Délégation spéciale (PDS) de Fianarantsoa, avait également soutenu le projet, au même titre que les élections constitutionnelles.

Restructuration périlleuse

Andry Rajoelina se garde d’insister sur l’inversion de l’ordre des élections. Mais il avait rappelé celle-ci comme étant une solution au blocage du processus politique actuel, en marge de la célébration de la Fête nationale à Iavoloha.
L’inversion de l’ordre des élections arrange Andry Rajoelina. Il se défait du problème lié à sa candidature à la présidentielle et de sa démission. Il pourrait impulser son camp dans la course aux sièges à l’Assemblée nationale, comme l’avait fait l’ancien président Marc Ravalomanana en 2002, pour tenter d’obtenir une majorité à la Chambre basse. Un tel scénario lui octroie la liberté de désigner un Premier ministre allié pour diriger le pays.

Pour l’instant, le courant du maintien de l’ordre des scrutins actuel tient à la séquence des élections malgré l’absence des dates pour la présidentielle et pour la députation. C’était encore le cas lors de la réunion organisée par la CENIT avec les signataires de la Feuille de route jeudi à Alarobia, comme l’avait avancé l’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle, Monja Roindefo.

Honoré Rakotomanana, juriste, a expliqué les difficultés de l’inversion de l’ordre des scrutins lors de la réunion organisée par la Comité de suivi et de contrôle de la mise en œuvre de la Feuille de route (CSC), hier à Andrainarivo. L’option crée une situation hybride avec un Premier ministre issu d’un Parlement élu et un président de la Transition désigné par la Feuille de route. Cette situation pourrait durer jusqu’en 2014 du fait des problèmes matériels d’organiser ensuite la présidentielle avant fin novembre. La députation ne met pas non plus fin à la transition car le document censé gérer la transition considère l’élection présidentielle comme étant la fin de celle-ci.

Iloniaina Alain
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar