Alerte Infos

Madagascar Elections : Ravalomanana convoque ses lieutenants

Mardi 3 Septembre 2013

Jean Pierre Rakotoarivony, président du parti Zanak'i Dada (source photo : mydago.com/)
Jean Pierre Rakotoarivony, président du parti Zanak'i Dada (source photo : mydago.com/)
Les ténors des partisans de l'ancien chef de l'État rencontreront leur leader en Afrique du Sud mardi. Une réunion pour définir la position de la mouvance. (source : lexpressmada.com)

Accorder les violons. Dos au mur après l'annulation de la candidature de Lalao Ravalomanana, ancienne première Dame, et le refus de leur demande de présenter un candidat de remplacement après le délai requis par la loi, une certaine divergence est palpable au sein de la mouvance de Marc Ravalomanana, ancien président. Visiblement pour éviter une implosion de sa sphère politique, l'ancien chef d'État convoque ses lieutenants en Afrique du Sud, demain. 

« Cette rencontre servira à accorder les violons entre les membres de la mouvance... notamment sur le processus de prise de décision », a résumé Jean Pierre Rakotoarivony, président du parti Zanak'i Dada. Lors de son intervention téléphonique du samedi 31 août à ses partisans au Magro Behoririka, Marc Ravalomanana n'a pas manqué de faire le point sur les différences de points de vue qui commencent à se voir au sein de sa sphère politique. 

Il a cependant conforté Mamy Rakotoarivelo, en tant que chef de délégation de sa mouvance. « C'est moi qui l'ai désigné à la tête de la mouvance (...) c'est à moi de décider », a-t-il déclaré. 

Le président du Congrès de la Transition est la cible de diverses critiques de la part d'une frange des partisans de l'ancien chef d’État depuis sa démarche pour présenter une candidature de remplacement à celle de Lalao Ravalomanana. Une initiative qui, selon Mamy Rakotoarivelo devant la presse le 26 août, avait reçu l'aval de son leader politique exilé en Afrique du Sud. « Je vais demander à ceux qui veulent jouer double jeu s'ils veulent rester avec moi ou partir », a cependant déclaré l'exilé d'Afrique du Sud samedi. 
Le président du parti Zanak'i Dada a tenté d'interpréter les propos de Marc Ravalomanana en soutenant que « lors de ce rendez-vous, nous serons questionnés sur la position de chacun et sur les dispositions à prendre par la mouvance face à la situation politique actuelle ». 

L'initiative de l'ancien Président semble ainsi avoir pour principal objectif de remettre de l'ordre dans les rangs de sa mouvance et de renforcer sa cohésion. Appeler à réagir sur le sujet, le président du Congrès a indiqué qu’il n’avait pas entendu le discours de Marc Ravalo­manana samedi.

Un dernier espoir ?

Sur la composition de la délégation qui prendra part à la réunion de mardi, Mamy Rakotoarivelo a déclaré : « Nous serons cinq, mais l'iden­tité des personnes restent à définir. » Jean Pierre Rakotoa- rivony a cependant déjà indiqué qu'il ferait partie de la délégation. À part accorder les violons, la réunion de demain sera également l'occasion pour les ténors de cette sphère politique d'élaborer en présence de leur leader, la stratégie de la mouvance par rapport au processus électoral. Une réunion du Groupe international de contact pour Madagascar (GIC-M) se tiendra cette semaine. Si l'on en croit Marc Ravalomanana, « l'objet de cette réunion sera la possibilité d'intégrer la mouvance Ravalomanana dans le processus électoral ». 

La réunion du GIC-M qui se tiendra, d’après certaines indiscrétions, le 6 septembre, pourrait être le dernier espoir pour la mouvance Ravalomanana de réinté­grer le processus électoral. L'ancien Président l’a négocié avec la Communauté des États d'Afrique australe (SADC), la semaine dernière. La possibilité de présenter un candidat pour remplacer Lalao Ravalomanana a été le principal objet des discussions. Une négociation qui a visiblement échoué. « La SADC a proposé que la mouvance Ravalomanana soutienne un candidat », a affirmé Jean Pierre Rakotoarivony. L'ancien chef d'État a pourtant soutenu samedi qu'« il n'est pas encore question de soutenir un candidat ». 

Dans ses décisions par rapport à la crise malgache, le GIC-M s'est fréquemment aligné derrière la position de la SADC. Il a été parmi les premiers à avoir demandé l'annulation des candidatures qu'il a considérées « non conformes aux lois malgaches ». Permettre à la mouvance Ravalomanana de présenter un candidat de remplacement serait transgresser l'ordonnance permettant la révision de la liste électorale, qui ne donne que trois jours après l'annulation pour présenter un candidat de remplacement. 

Marc Ravalomanana semble, néanmoins, déjà préparer une alternative. Lui qui depuis quelques semaines ne cesse de clamer son soutien à la réconciliation dirigée par le Conseil des Églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), en déclarant samedi que « la réconciliation devra se faire avant les élections ».

Kolorindra Garry Fabrice Ranaivoson
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar