Alerte Infos

Madagascar. Elle tente de percer le mystère des baleines à bosse

Mardi 16 Juin 2015

Anjara Saloma est la responsable scientifique de l’association malgache Cétamada. La jeune biologiste prépare en France une thèse sur la relation entre la baleine à bosse et son baleineau. Fin juin, elle retrouvera à Madagascar ses collègues pour le premier Congrès mondial consacré au cétacé, sur l’Île Sainte-Marie, l’un des « spots » de reproduction. Plongée dans les mystères du mammifère légendaire.

Un congrès mondial sur la baleine à bosse, pourquoi un tel honneur ?

Parce qu’il y a encore tant à connaître ! C’est un mammifère très populaire et mythique depuis des siècles. Tout d’abord pour son exploitation dans le développement industriel, sa chasse effrénée, puis le combat pour protéger l’espèce. Ces débats ont donné l’impression que l’on savait tout sur les baleines à bosse. Pourtant, les scientifiques ont bien des mystères à éclaircir sur leur comportement social. Ce congrès est une occasion de partager nos recherches.

Vous vous intéressez à l’une de ces énigmes, la relation entre la mère et le baleineau…

Je veux comprendre, par exemple, comment la baleine communique avec son petit. Les célèbres chants, notamment lors des périodes de reproduction, n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Pourquoi et comment la mère alerte le baleineau des dangers, notamment à l’approche des bateaux de pêche ou touristiques, comment se passe la naissance, l’allaitement… On sait qu’une mère peut fournir 100 litres de lait par jour, mais quand le baleineau se nourrit-il pour prendre jusqu’à 50 kg par jour ? Comment lui apprend-elle à souffler hors de l’eau ? Est-ce qu’elle élève un mâle comme une femelle ? J’ai du pain sur la planche !

Pourquoi est-ce si difficile d’étudier ces aspects ?

Les baleines arrivent depuis l’Antarctique, pour leur période de reproduction, dans le canal de Sainte-Marie. Notre période d’observation est très courte, entre juillet et octobre. La baleine ne passe qu’un tiers de son temps hors de l’eau : elle vient à la surface toutes les 25 minutes pour souffler et peut parcourir 100 km par jour, c’est dire si on doit s’armer de patience. Dans les jours prochains, je vais passer mon temps à bord d’un bateau. Il y aura une phase d’observation pour photographier, filmer, et une phase de prélèvements grâce à des biopsies et acousondes (sondes acoustiques, NdlR).

Une balise Argos ne serait-elle pas plus efficace ?

C’est un dispositif très coûteux (près de 3 000 €) qui ne tient pas longtemps. Le mieux que nous ayons eu, c’est 50 jours de données. Le plus efficace ne serait pas tant du côté technique qu’humain. Si les chercheurs échangeaient mieux leurs infos, on avancerait plus vite.

Après le combat contre la chasse, c’est la guerre des scientifiques ?

Dans l’Océan Indien, pas moins de cinq associations travaillent sur les baleines. C’est la course aux publications pour financer les recherches. Comme l’espèce n’est plus en voie d’extinction, c’est plus difficile de convaincre des bailleurs. La concurrence est vive ! Dommage, car nous avons des milliers de photos, de données et nous pourrions les recouper. 4 000 à 8 000 baleines migrent dans le secteur pendant la période de reproduction, il faut collaborer pour mieux les comprendre. C’est l’objectif du congrès.

L’activité touristique peut-elle être un levier ?

Des milliers de touristes viennent ici pour observer les baleines. À Cétamada, l’aspect scientifique compte autant que l’aspect culturel et communautaire. À Madagascar et à Sainte-Marie, la baleine est très respectée. Une légende raconte qu’elle a permis aux îliens d’être sauvés d’une famine. Après une terrible tornade, l’une d’elles s’est échouée et a permis de nourrir la population. Ça a été vu comme un don de Dieu. Les habitants et les acteurs touristiques sont précieux pour notre travail. Nous avons lancé, par exemple, Cétanet, une base de données participative des observations. Un travail laborieux car il faut sensibiliser le grand public, interpréter et classer tout ça.

Source : ouest-france.fr
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar