Alerte Infos

Madagascar Itaosy, Une foule furieuse pille la villa de Lahiniriko

Mardi 4 Juin 2013

Madagascar Itaosy, Une foule furieuse pille la villa de Lahiniriko
La villa de Jean Lahiniriko a été la proie de pilleurs samedi. La foule s'est déchaînée sur lui après avoir réclamé que ses gardes du corps, accusés d'avoir détroussé et tué un passant, lui soient livrés. (source : lexpressmada.com)

Coup dur pour le candidat à la présidentielle et membre du Con­seil supérieur de la transition (CST), Jean Lahiniriko. Samedi après-midi, une horde de vandales et de pilleurs a investi sa villa à Ambaniala Itaosy, le piégeant chez lui. En foule grouillante, les assaillants sont sortis poussant un scooter ici, colportant un synthétiseur là. Sans compter les innombrables objets et appareils électroménagers tels qu'une unité centrale d'ordinateur, un four à micro-ondes, des tables et même des chaises.

Pris en tenailles par les éléments de l'État-major mixte opérationnel régional (EMMO-Rég), revenus à la charge après un repli momentané, trente-quatre personnes, dont trois jeunes femmes, ont été prises au piège. Surpris, des pilleurs qui ont abandonné leur butin, ont été accueillis à coups de brodequins. Rusés, des gamins et des fillettes qui se sont joints au pillage ont sauté sur l'occasion pour prendre le large.

Cette peuplade d'individus malintentionnés a laissé derrière elle le chaos.

Banditisme et meurtre

Les vitres d'une Audi A6 et d'une Peugeot 607 faisant office de voitures officielles à cet ancien président de l'Assemblée nationale, ont volé en éclats, tout comme celles d'une BMW, une Ford Sierra, son pick-up Toyota de député, une vieille Peugeot 305 et une Hyundai Galloper 4x4 que les envahisseurs avaient déjà réussi à faire démarrer.
Jean Lahiniriko et ses proches ont échappé au lynchage. « Alors que j'étais caché avec ma famille, j'ai entendu des individus nous chercher. Ils ont fait savoir qu'ils voulaient nous achever », lâche l'ancien élu. Aux alentours de 18 heures, lorsqu'un vent d'accalmie soufflait dans le quartier hautement sécurisé d'Ambaniala, le membre du CST et quatre de ses proches ont été évacués sains et saufs à bord de deux pick-up.

C'est un homicide qui a mis le feu aux poudres. Dé­troussé près de la villa du candidat aux élections tôt le matin vers 5 heures, Lanto Ramasiarison, un homme de trente-deux ans et père de trois enfants, a succombé à un coup de matraque en plein front. Deux coups de couteau ont été de surcroît relevés sur sa tête. « Des fauteurs de troubles ont accusé mes gardes du corps d'être les auteurs de l'homicide alors qu'ils lui étaient venus en aide en le voyant agoniser dans la rue », lâche Jean Lahiniriko.

Coup politique

Le candidat Jean Lahiniriko n'écarte pas la thèse d'un coup politique. Lors d'une conférence de presse qu'il a donnée hier à Ampefiloha, il a mis en avant que la mort d'un candidat est un cas de force majeure pour un report des présidentielles. Il a dans la foulée relevé que des individus drogués ont été envoyés chez lui et que de l'argent froissé a été découvert sur ces derniers.

Seth Andriamarohasina
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar