Alerte Infos

Madagascar : La SADC veut des pressions

Mardi 18 Juin 2013

Madagascar : La SADC veut des pressions
La SADC se contente de rappeler sa position pour le retrait des trois candidats à la présidentielle dont la communauté internationale ne veut pas. Et de demander à cette dernière de prendre les mesures pour réaliser celle-ci. (source : lexpressmada.com)

Un appel à la communauté internationale. La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) semble vouloir demander aux partenaires techniques et financiers d’agir pour exiger le retrait des trois candidats à la présidentielle des 41 candidats à la présidentielle.

La presse ligne Mali actualités croit savoir un appel lancé par le Sommet de la SADC de Maputo samedi pour « continuer d’exercer une pression politique et diplomatique sur les trois candidats illégitimes à la présidentielle pour qu’ils se retirent (…) pour la paix et la stabilité à Madagascar ».

Le bloc économique régional tarde à publier le communiqué du Sommet. Mais l’agence Chine nouvelle met l’accent sur l’intention de la SADC de « réitérer sa décision antérieure de ne pas reconnaître les résultats de toute élection » qui prendrait en compte « les candidats ayant présenté leur candidature en violation de la Constitution ». Le bloc économique régional fait référence aux candidats Andry Rajoelina, président de la Transition, de l’ancienne Première dame, Lalao Ravalo­manana, et de l’ancien président Didier Ratiraka, dont le désistement est exigé par la Communauté internationale.

À la lumière de ces informations, la SADC se cantonne à lancer un appel aux partenaires techniques et financiers en vue de la présidentielle dont la date reste à déterminer. Leonardo Simao, membre de l’équipe de médiation, avait souligné que la Communauté internationale n’a que deux options : encourager le processus en cours ou sanctionner.
Les trois candidats incriminés feignent de se montrer insensibles à l’exigence de la Communauté internationale. Ils se font entendre, chacun de leur côté, quelques jours avant ou pendant le Sommet de la SADC. À l’ima­ge du discours de Andry Rajoelina à Toliara, ils forment une alliance objective, concertée ou pas, face à la menace des partenaires techniques et financiers. « Ces trois candidats réunissent à eux seuls près de 60% des électeurs. Est-ce qu’on va exclure ceux-ci », se demande-t-il à Toliara, samedi. « On ne peut pas confisquer le choix du peuple », répond-il après l’annonce des mesures prises par la France à l’encontre des trois candidats, après avoir insisté sur ses chances de victoire.

Souveraineté

Le camp de l’ancien président Marc Ravalomanana avance également ses pions. Lalao Ravalomanana multiplie ses déplacements en province comme c’était le cas dans les régions de Sofia et de Diana ce week-end. Elle était dans la région du Vakinankaratra la semaine dernière. Elle avait laissé entendre son intention d’aller au bout de sa logique après avoir déposé sa candidature à la présidentielle lors de sa première interview à la presse jeudi.

Didier Ratsiraka avait aussi devancé la réunion des dirigeants du bloc économique régional. « Cela ne me fait pas peur. Quel est mon tort Le gouvernement d'un pays étranger ne devrait pas avoir le droit de remettre en question la souveraineté de la décision de la Cour électorale spéciale (CES) », avait-il lancé en marge du congrès de l’Avant-garde pour la rénovation malgache (Arema) acquis à sa cause mercredi. « Si la Communauté internationale doit prendre des sanctions, ce n'est plus à l'encontre des candidats qu'elle doit le faire, mais contre les juges qui ont pris cette décision », avait-il botté en touche.

En parallèle aux discours inflexibles des trois candidats ciblés, ils ne se limitent pas à la course à la magistrature suprême. Andry Rajoelina sonde l’ancien président Albert Zafy qui milite pour la tenue des élections constitutionnelles pour un éventuel rapprochement. Didier Ratsiraka continue d’insister sur le sommet entre les quatre chefs de file avant son élargissement aux au­tres entités politiques.

La réunion du Groupe de contact international (GIC-M) du 26 juin devrait permettre de connaître la réponse des partenaires techniques et financiers face à l’appel de la SADC. L’idée de la tenue d’une rencontre à quatre, initiée par le Conseil chrétien des Églises (FFKM) dépend de l’issue de la réunion à Addis-Abeba.

Iloniaina Alain
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar