Alerte Infos

Madagascar : Liste des candidats - des demandes de révision attendues

Jeudi 15 Août 2013

Le Collectif des candidats a remis une demande collective pour signifier la « cohésion » de ses membres
Le Collectif des candidats a remis une demande collective pour signifier la « cohésion » de ses membres
La CES aura du pain sur la planche pour examiner les demandes de révision de la liste des candidats à la présidentielle. Un premier test pour la Chambre recomposée. (source : lexpressmada.com)

Des tirs croisés en perspective. Des candidats à l'élection présidentielle vont profiter de la modification de la loi pour une redistribution des cartes concernant la liste des prétendants à la Magistrature suprême.

Selon des sources concordantes, le Collectif des candidats devrait déposer une demande collective pour la révision, aujourd'hui, devant la Cour électorale spéciale (CES). C’est selon la décision prise par le groupement, qui comprend une vingtaine de candidats dont Jean-Eugène Voninahitsy, Saraha Georget Rabearisoa, Hajo Andria­nainarivelo ou encore Jean Lahiniriko, à l'issue de sa réunion à Antaninare­nina, mardi.

La demande collective vise Andry Rajoelina, président de la Transition, l'ancienne Première Dame, Lalao Ravalomanana, et l'ancien Président, Didier Ratsiraka. Elle va évoquer une « anomalie de la décision dans l'application ou l'interprétation de la loi », selon le texte modifié relatif à l'élection présidentielle. Elle devrait soulever la disposition du code électoral, touchant la présence « physique » de six mois avant le dépôt de candidature des candidats pour motiver sa demande.

Le Collectif des candidats ne trouve pas d'entente au-delà des trois candidats, dont l'éviction est également réclamée par la communauté internationale. Ses membres s'entendent sur la possibilité pour chacun d'entre eux de présenter une demande individuelle, touchant d'autres candidats. Le dossier de candidature de quelques membres du Collectif pourrait être remis sur le tapis à cause de l'obligation de résidence physique exigée par la loi.

Alain Tehindrazanarivelo confirme les deux décisions. « Nous exhortons en même temps les signataires de la Feuille de route, le Comité de suivi et de mise en œuvre de la Feuille de route (CSC), ou encore le Comité de réconciliation malgache (CRM) de formuler des demandes de révision de la liste des candidats à la présidentielle », indique-t-il.

Noyer le poisson

L'ancien vice-Premier ministre de la Santé réfute l'idée de visée politique pour éliminer des adversaires politiques et pour s'aligner sur la position de la communauté internationale derrière la démarche. « Notre objectif est de lever tous les blocages menant vers les élections acceptées par la communauté internationale et rien d'autre. La population souffre trop de la situation et ne peut plus endurer longtemps cette situation », a-t-il expliqué lors de l'émission « Tafatafa » du groupe l'Express de Mada­gascar, à la Radio Tanà, mardi.

Malgré les tirs croisés entre les candidats, la tentative d'établir un accord politique entre eux ne s'estompe pas. Le contact entre Norbert Ratsirahonana, conseiller
spécial d’Andry Rajoelina et fondateur du parti Asa vita ifampitsarana (AVI), avec le Collectif des candidats n'est pas encore rompu. « Nous aspirons à ce qu'il n'y ait plus de crise après les scrutins. Il faut respecter les résultats des élections et éviter autant que faire se peut tout règlement de compte », soutient Alain Tehin­drazanarivelo.

Pour l'instant, les trois candidats ciblés par la communauté internationale n'entreprennent pas une démarche de retrait volontaire. Andry Rajoelina, président de la Transition, noie le poisson pour ne pas aborder le sujet. La mouvance Ravalomanana répète à cor et à cris qu'« il n'y pas de plan B » pour insister sur l'absence d'alternative à la candidature de Lalao Ravalomanana. Elle avait menacé de boycotter les consultations populaires en cas d'éviction de l'ancienne Première Dame dans la liste des candidats.

Les partisans des trois candidats évitent en même temps de se prononcer s'ils vont faire valoir la disposition permettant la révision de la liste des candidats ou pas. « On verra cela », se contente d'avancer Mamy Rakotoarivelo, président du Congrès et chef de délégation de la mouvance Ravalomanana, pour cacher son jeu.

La CES sera à l'épreuve dans la gestion de ce délicat dossier. Le délai de demande de révision devrait expirer, ce jour. La Chambre spéciale au sein de la Haute cour constitutionnelle (HCC) aura trois jours pour trancher, avec comme préalable la question relative au principe d'irrévocabilité de la décision prise par l'ancienne CES. « Nous allons travailler jour et nuit. Nous examinerons les demandes entre nos mains selon la loi en vigueur. Il n'y aura pas de candidat d'État », tente de rassurer François Rakotozafy, président de la nouvelle CES.

Iloniaina Alain
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar