Alerte Infos

Madagascar - Meutes à Nosy Be - Joseph Yoland jeté en prison avec treize suspects

Mardi 15 Octobre 2013

Madagascar - Meutes à Nosy Be - Joseph Yoland jeté en prison avec treize suspects
Enquêtés à Nosy Be pour les émeutes meurtrières survenues les 2 et 3 octobre, quatorze prévenus dont l’ex-parlementaire Joseph Yoland, ont été écroués samedi. Des enquêtes de fond seront encore effectuées.

Aucune des personnes incriminées dans l’affaire de Nosy Be n’a bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Samedi en fin d’après-midi, quatorze prévenus ont été placés sous mandat de dépôt. Poursuivis pour trouble de l’ordre public, attaque de caserne, destruction de biens privés, violence et outrage à l’endroit des forces de l’ordre, onze personnes dont une femme ont été mises en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora.

Inculpé pour incitation au trouble de l’ordre public et incitation à un soulèvement populaire contre les actions des forces de l’ordre, l’ancien membre du Conseil supérieur de la transition, Joseph Yoland, a également été jeté en prison à Antanimora. L’ ex-parlementaire est mouillé dans les émeutes meurtrières qui ont provoqué un séisme dans l’île aux Parfums pour être intervenu par téléphone sur une chaîne de radio locale dont il est le propriétaire. Son intervention aurait été diffusée à deux reprises, d’après la déclaration du général de brigade Guy Bobin Randriamaro, premier adjoint du commandant de la Gendarmerie nationale.

Parmi les quatorze suspects qui ont plongé, Marcelin Tomboravo et Ben Amir Zakary, arrêtés pour le lynchage d’un Français et d’un Italien sur la plage de Madirokely le jeudi 3 octobre, ont été, quant à eux, écroués à la maison de sûreté de Tsiafahy.

Après avoir été traduits devant le juge d’instruction samedi, tous seront encore auditionnés par le juge d’instruction dans le cadre des enquêtes au fond.

Fortement sécurisé

Le palais du tribunal d’Anosy a été fortement sécurisé lors du défèrement des suspects. Ces derniers sont entrés au parquet vers 16 heures pour n’en sortir qu’aux alentours de 17h30. Dépêchés sur place à bord d’un camion, des gendarmes du groupement d’Anala­manga ont pris position à l’extérieur. Le Groupe de sécurité d’intervention spéciale (GSIS) a également envoyé des hommes sur place.

Des rumeurs se sont répandues depuis mercredi à Nosy Be, selon lesquelles des individus contestant le transfert à Antananarivo des personnes arrêtées, comploteraient des troubles, mais un calme plat y règne. «La vie reprend peu à peu son cours normal. Des mesures ont été prises pour maintenir l’ordre et la sécurité», rassure le colonel Jean Chris­tophe Randriamanarina, commandant de la circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale à Antsiranana. Cet officier supérieur est revenu samedi de l’île aux Parfums.

« Les renforts sont toujours sur place. De surcroît, des éléments de réserve sont prêts à agir à tout moment », ajoute-t-il. Selon ses explications, les enquêtes préliminaires ont été effectuées à Nosy Be avant que les suspects ne fussent conduits dans la capitale.

Seth Andriamarohasina
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar