Alerte Infos

Madagascar : début de célébration du 110e anniversaire du centre derééducation pénitentiaire

Mercredi 27 Novembre 2013

Tovonjanahary Andria­maroahina Ranaivo, directeur général de l'administration pénitentiaire
Tovonjanahary Andria­maroahina Ranaivo, directeur général de l'administration pénitentiaire
La célébration du 110e anniversaire du centre de rééducation pénitentiaire de Mandrosoa-Anosiala Anjanamasina, à 18 km à l'ouest d'Antananarivo, la capitale malgache a débuté ce mardi avec l'inauguration du chantier de réhabilitation eau et assainissement de ce centre.


Selon le directeur général de l'administration pénitentiaire, Tovonjanahary Andriamaroahina Ranaivo qui a ouvert la célébration, le centre étant un patrimoine historique national, tenait une place importante à travers le temps pour Madagascar puisqu'il a ét é créé durant la période coloniale pour détenir les différents nationalistes malgaches qui se sont battus pour garder l'indé pendance de Madagascar.

Le centre a pu voir le passage des célèbres nationalistes malgaches comme Joseph Ravoahangy, Joseph Raseta et Jacques Rabemananjara du Mouvement démocratique de la rénovation malgache (MRDM), lors de l'insurrection malgache de 1947 dont le but était de restaurer l'indépendance, a raconté Tovonjanahary Andriamaroahina Ranaivo.

Depuis l'indépendance de Madagascar en 1960, l'Etat malgache avait donné un nouveau visage au centre, par le décret n°60-376 du 29 septembre 1960 en l'établissant en centre de rééducation destin é à accueillir des enfants en difficulté avec la loi, a poursuivi le directeur général.

Plusieurs associations et organismes internationaux ont ainsi apporté leur appui à ce centre tel que l'Union Européenne, l'Ambassade de Japon au pays, l'association Grandir Dignement ou l'Association sentinelle Don Bosco.

Selon le responsable du programme dans l'association Grandir Dignement, Hélène Muller, l'objectif de leur intervention est d' aider les jeunes en conflit avec la loi, pour qu'ils aient une meilleure éducation et éviter un placement dans un centre plus fermé. Ainsi, leur action s'articule autour de plusieurs pôles dont la mise en oeuvre de formations professionnelles, l'animation, suivi éducatif et accompagnement au tribunal, l'amélioration des conditions de vie (volet médical, alimentaire, réhabilitations diverses) ainsi que la lutte contre les actes contraires aux Droits de l'Homme.

82 garçons, de 10 à 18 ans en très grandes difficultés se trouvent actuellement au centre dont certains ont commis des actes de délinquance plus ou moins graves et attendent leur procès (vol, viol, meurtre, drogue) tandis que d'autres sont simplement arrivés au centre suite à des difficultés diverses et étaient en conflit avec leur entourage, a précisé la directrice du centre de réé ducation, Ralaivoavy Ihanta Eliane Clarisse.

Le centre offre à ces jeunes, suivant leur vécu personnel, des formations professionnelles comme la maçonnerie, le bâtiment et agricole, et une éducation de l'enseignement général de l' alphabétisation au collège ainsi que d'autres activités sportive et culturelle.

Selon Kevin, 18 ans, un pensionnaire du centre depuis le 8 septembre 2011 qui a été accusé de viol avant son arrivée au centre, l'emploi du temps est très serré. Réveil à 5 heures, mé nage, petit déjeuner à 7h30, début du cours à 8h, rassemblement à 11h, jeux sportifs jusqu'à midi, rassemblement et vérification des troupes à midi avant et après le déjeuner, reprise des cours à 14h jusqu'à 16h30, diner et fermeture des dortoirs à 17h.

Malgré ces formations et activités sportives administrés et l'emploi de temps au centre, Kevin, a indiqué que quelque chose lui manque.

Sa famille, qui habite dans la périphérie Est du centre ville de la capitale n'a la possibilité de le visiter que le week- end ; son entourage et sa famille lui manquent, s'est-il plaint.

Justement, la directrice du centre craint que ce genre de situation pourrait conduire à la fugue puisque les jeunes ont peur de l'application de la loi et des disciplines très strictes. Pourtant le but du centre est de garantir un changement et pré parer ces jeunes à leur vie future dès leur sortie dans la société. F

(source: Agence de presse Xinhua)
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar