Alerte Infos

Madagascar fait face aux dérives de ses producteurs de vanille

Jeudi 31 Mars 2016

Enivrés par la hausse vertigineuse des prix, des producteurs de vanille de Madagascar ont récolté leurs gousses en avance et stocké celles-ci dans des conditions inadaptées. Le gouvernement tente de réguler la situation.

A 250 dollars par kilogramme, les prix de la vanille ont atteint leur plus haut niveau depuis 2003. Ces dernières années, leur progression a été vertigineuse: les gousses ne s’échangeaient, en 2013, qu’à 60 dollars par kg. Cette hausse des prix, après une longue période de prix bas (entre 20 et 30 dollars par kg entre 2004 et 2011), aurait pu faire les affaires du premier producteur mondial de vanille, Madagascar… Mais contre toute attente, le gouvernement de la Grande île doit contraindre les producteurs à limiter et à améliorer leur production, rapporte Bloomberg.

Avec une main d’œuvre payée 1,50 dollar par jour, contre des salaires allant jusqu’à 10 dollars dans d’autres pays producteurs, Madagascar bénéficie d’une compétitivité-coût avantageuse, à l’heure où nombre d’industriels préfèrent réintroduire des arômes naturels dans leurs produits. Plutôt que de laisser sécher leurs gousses, les producteurs malgaches ont entamé leurs récoltes de manière anticipée et stocké la vanille en conteneurs afin de limiter le risque de vol et de capitaliser sur la hausse des prix. Immatures, les gousses n’ont pu développer l’ensemble de leurs arômes, compromettant la qualité des produits vendus.

Un enjeu financier

"Il y a une limite à ce que les gens vont payer pour la vanille naturelle et nous sommes en passe d’arriver à ce point", commente, auprès de l’agence d’informations financières, la présidente du transformateur américain Cook Flavoring, Josephine Lochhead. Cette conjonction de la baisse de la qualité et de la hausse des prix menace les finances de Madagascar. En 2014, le pays a tiré 280 millions de dollars de recettes du commerce de la vanille.

En réponse à ces dérives, le gouvernement malgache multiplie les actions. Les gousses locales ne pourront plus être emballées sous vide et les exportations de vanille verte immature seront bloquées. Plusieurs centaines de kilogrammes ont été saisies et brûlées. Un organisme interministériel dédié à la supervision de la production a en outre été créé en décembre. Il recensera les exploitants, acheteurs et transformateurs. La production pourrait baisser l’an prochain, a d’ores et déjà averti le gouvernement.

Source : UsineNouvelle.com

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar