Alerte Infos

Madagascar : l’épouse de Ravalomanana revenue en Afrique du Sud

Lundi 30 Juillet 2012

Lalao Ravalomanana
Lalao Ravalomanana
L’épouse de Marc Ravalomanana, l’ancien président malgache qui s’est exilé en Afrique du Sud, Lalao Ravalomanana, ainsi que sa bru Gergana, sont revenues en Afrique de Sud après leur expulsion forcée à Bangkok par l’autorité malgache, a-t-on appris d’une source bien informée des proches de Ravalomanana, dimanche. (source : afriscoop.net)

Madame Lalao Ravalomanana, exilée en Afrique du Sud depuis mars 2009 avec l’ex-président, est revenue au pays le vendredi dernier avec sa bru, Gergana à bord d’un vol de la compagnie Air Link venant de Johannesburg.

A leur arrivée à l’aéroport international d’Ivato, dans la périphérie d’Antananarivo, la capitale malgache, les deux femmes ont été forcées de prendre un vol pour Bangkok le vendredi soir même, selon les ordres de l’autorité malgache qui ont agi sous les directives du président de la transition actuel, Andry Rajoelina.

Lors de l’expulsion forcée, Gergana, aurait été malmenée par les policiers chargés de leur embarquement et, partie pour Bangkok, elle serait blessée selon les explications de l’un des fils de Ravalomanana, Tojo, résidant à Madagascar et qui était sur le lieu lors de l’embarquement.

Arrivées à Bangkok, les deux femmes ont repris un vol direct pour Johannesburg samedi après-midi pour rejoindre l’ancien président dans leur pays d’exil.

Selon les explications de Rajoelina, à travers un communiqué de son chargé de son communication, « Marc Ravalomanana a encore torpillé le processus de sortie de crise en se servant, cette fois- ci, de sa propre épouse elle-même, Mme Lalao Ravalomanana. En effet, d’une manière indiscutablement unilatérale, il a fait retourner son épouse à Madagascar alors qu’un tel retour n’a même pas été évoqué durant l’entretien qu’il a récemment eu aux Seychelles avec le président de la Transition ».

Andry Rajoelina a qualifié même de cette action « d’un acte de provocation qui prouve inéluctablement que son commanditaire, en l’ occurrence Marc Ravalomanana, ne pense guère à rétablir la sérénité à Madagascar ».

D’autre source indique que Lalao Ravalomanana a utilisé son nom de jeune fille « Lalao Rakotonirainy » lors de son voyage et l’ utilisation de ce « faux nom » selon Rajoelina serait la cause de son expulsion de son pays.

De son côté, Marc Ravalomanana, qui a intervenu sur la Radio France Internationale (RFI), a affirmé que « Andry Rajoelina a promis de protéger sa famille, car elle n’a aucun problème avec la politique. Rajoelina s’est engagé, lors de cette rencontre aux Seychelles, alors en quoi le retour de Madame Lalao Ravalomanana constitue-t-il un acte de provocation ? », s’est demandé Ravalomanana.

Tojo Ravalomanana, lors d’un point de presse à Ivato le vendredi dernier a déclaré que sa mère et sa belle-soeur n’ont pas été condamnée par le tribunal, et elles sont arrivées à Madagascar pour visiter sa famille et le fait de violenter Gergana est une violation des Droits de l’Homme, a-t-il rappelé.

Le vice-Premier ministre chargé de l’Industrie et de l’ Economie de la transition malgache qui est également le porte- parole de la mouvance Ravalomanana au sein du gouvernement de consensus, Pierrot Botozaza, a jugé que la décision prise par la présidence ne pouvait pas restaurer le climat d’apaisement à Madagascar et il a demandé au camp adverse de laisser Lalao Ravalomanana de rentrer librement dans son pays parce que c’est son droit le plus strict.

Notons que Marc Ravalomanana ainsi que sa famille, qui se sont exilés en Afrique de Sud depuis le mois de mars 2009, ont tenté de revenir dans son pays natale, le 21 janvier de cette année et le 19 février de l’année dernière. Ravalomanana a été frappé d’abord d’un NOTAM ( notice to air men) ou « messages aux navigants » publié par la transition actuelle via l’Aviation civile de Madagascar publié le 18 février 2011. Pour la seconde fois, une instruction de la transition concernant la fermeture de l’aéroport international d’Ivato pour raison technique a obligé l’ avion transportant Ravalomanana et son épouse de faire demi-tour et revenir à Johannesburg.

Rappelons qu’une crise politique a éclaté à Madagascar suite à une opposition entre l’ancien président et l’ancien maire de la capitale devenu le président de la transition actuel, Andry Rajoelina, en décembre 2008. Des manifestations de rue ont duré pendant près de trois mois conduisant Ravalomanana à s’exiler en Afrique du Sud après avoir remis le pouvoir à un directoire militaire, qui l’a transmis ensuite à Rajoelina en mars 2009.

Des Accords ont été signés pour sortir Madagascar de cette crise, entre autres la feuille de route signée le 17 septembre dernier qui préconise dans son article 20 le retour au pays sans conditions des exilés politiques y compris Ravalomanana, avant la tenue des diverses élections.

Une rencontre entre les deux protagonistes de la crise malgache a eu lieu aux Seychelles les 24 et 25 juillet sous l’ égide de la SADC. Selon le dernier communiqué de la SADC, une deuxième rencontre devrait se faire d’ici quinze jours avant la tenue du Sommet ordinaire des chefs d’Etat et du gouvernement de la SADC qui se tiendra du 17 au 18 août prochain à Maputo.

(par L’Agence de Presse Xinhua)
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar