Alerte Infos

Madagascar, la SADC et la crise malgache: la mauvaise foi de tgv mise à nu

Mardi 11 Décembre 2012

Madagascar, la SADC et la crise malgache: la mauvaise foi de tgv mise à nu
On en oublie parfois. Madagascar, la Grande île, comme on l’appelle, est dans la tourmente. Depuis le coup de force qui a porté Andry Rajoelina au pouvoir en 2009, le pays est sens dessus dessous. Toutes les institutions sont au point mort. (source : camer.be)

Et le pays, malgré sa forte attraction touristique, est devenu économiquement exsangue. Tout cela à cause de deux individus : Andry Rajoelina, le président de la transition alias TGV, et Marc Ravalomanana, l’ex-président en exil en Afrique du Sud. Les deux hommes se vouent une haine morbide si fait qu’ils ont fini par prendre en otage le pays. On aura tout essayé.

Des pourparlers, il y en a eu ; mais des difficultés et non des moindres demeurent. Car, au cœur du blocage politique se trouvent deux questions essentielles, à savoir la candidature de l’ex-président Marc Ravalomanana et son droit de retour au pays. Toutes choses que l’homme fort de Tana ne veut pas entendre ; lui qui ne veut même pas voir son rival en peinture. C’est donc dans la perspective de trouver une solution à ce blocage politique qui dure depuis trois ans que la Communauté de développement des Etats de l’Afrique australe (SADC), lors de son dernier sommet tenu à Dar es Salam, en Tanzanie, a décidé d’écarter les deux ennemis du processus.

Une sage décision qui, si elle est acceptée de tous, permettra au pays d’aller à des élections apaisées et de sortir in fine de l’ornière. Mais c’est sans compter avec la désinvolture de TGV qui, sentant la cause perdue, a boycotté le sommet de Dar es Salam. Et dans un communiqué au ton d’une diatribe, il s’en prend au représentant de la SADC, fanfaronnant que « Madagascar est un pays indépendant qui n’est sous la tutelle d’aucune organisation ».

Ce n’est pas étonnant. Les dirigeants africains sont coutumiers du fait. Ils n’adhèrent à une décision d’une organisation régionale que lorsque celle-ci les arrange. C’est dans ce cas seulement qu’ils reconnaissent le caractère supranational des institutions régionales et continentales. Mais dès que ces dernières ne les caressent pas dans le sens du poil, ils allèguent leur souveraineté, et en font à leur tête.

On en a vu avec l’ex-président nigérien, Mamadou Tandja, qui avait tourné dos à la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) pendant son projet de révision constitutionnelle controversé. Même l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, aujourd’hui pensionnaire de la CPI, a fait voir des vertes et des pas mûres aussi bien à la CEDEAO qu’à l’Union africaine pour des raisons que l’on sait pendant les dix ans de crise qu’a connue son pays. En tout cas, pour le cas présent de Madagascar, la SADC aura réussi à mettre à nu la mauvaise foi de TGV. Car, si tant il est vrai qu’il aime son pays, il doit accepter de se retirer de la course pour la présidentielle de mai prochain, quitte à revenir une autre fois. Surtout qu’au regard de son âge, on peut dire qu’il a encore de l’avenir devant lui par rapport à son rival Ravalomanana qui joue son va-tout.

© Le Pays : Boundi OUOBA
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar