Brèves Madagascar

Madagascar, les forêts épineuses sont en danger

Mercredi 4 Mai 2016

À Madagascar, les forêts épineuses abritent une vie sauvage d’une richesse incomparable. Elles disparaissent à cause de la déforestation et de la production du charbon de bois.

La région dont on va vous parler est très peu connue. Il s’agit des fourrés épineux du sud de Madagascar, une écorégion terrestre du Fonds mondial pour la nature (WWF), c’est-à-dire une subdivision qui reflète la répartition complexe de la faune et de la flore. Son sol est très pauvre, les précipitations irrégulières et faibles.

On y trouve pourtant d’innombrables espèces végétales sur 44 000 km² au sud-ouest du pays. C’est un endroit unique, mais surtout hyper important pour la survie des populations aux alentours. Comme nous l’apprend Charlie Gardner dans The Conversation, cet environnement est malheureusement en train de disparaître.

Première responsable, la déforestation due à l’agriculture itinérante fait des ravages. Ensuite, il faut blâmer le charbon de bois, qui procure presque 90% de l’énergie de cuisson aux habitants. Et oui, c’est grâce à cette énergie qu’ils dégustent quasiment tous leurs repas ! Or la production de charbon de bois implique de sacrifier les arbres des forêts épineuses.

Les lémuriens sont très nombreux dans les forêts épineuses de Madagascar. / www.madaplus.info
Les lémuriens sont très nombreux dans les forêts épineuses de Madagascar. / www.madaplus.info
Les conséquences commencent à se faire sentir. En particulier dans la forêt de Ranobe, située entre deux fleuves, et qui abrite de nombreux lémuriens. D’ailleurs,trois nouvelles espèces de primates ont été découvertes sur l’île de Madagascar. Cette zone est protégée depuis peu, mais prise d'assaut par d’anciens agriculteurs et pêcheurs reconvertis dans la production de charbon de bois. Ils sont des centaines à avoir intégré cette industrie illégale, faute d’avoir trouvé un autre travail.

Les ex-fermiers ne pouvaient plus vivre de leurs récoltes et les filets des pêcheurs revenaient trop souvent vides. La forêt est une sorte de "plan B" sûr, mais plus pour longtemps à cause du changement climatique et de l'activité humaine. La situation est plus stable plus au Sud de l’île, où deux nouvelles espèces de grenouilles ont été découvertes.

Le gouvernement malgache s'implique depuis 10 ans pour trouver des solutions. Il a créé plusieurs réserves au sein même des fourrés épineux. Chez meltyDiscovery, on espère que le cri d'alarme de Charlie Gardner, qui a travaillé avec WWF, sera entendu.

Source : MeltyDiscovery.fr

Infos Diaspora | Brèves Madagascar