Alerte Infos

Madagascar: les jeunes femmes, premières victimes de la crise

Lundi 4 Novembre 2013

Madagascar: les jeunes femmes, premières victimes de la crise
A Madagascar, celles qui paient les conséquences de la crise, sont les jeunes filles. Entre les viols et les diverses agressions, elles doivent vivre dans un climat d’insécurité permanent.

Alors que le site du Quai d'Orsay révèle que le pays figure parmi les Etats les plus pauvres au monde, (151ème place sur 187 selon l’Indicateur de développement humain PNUD 2011), Madagascar doit faire face aux conséquences de la crise économique qui frappe les jeunes femmes. Dans un pays où 76% de la population vit sous le seuil de pauvreté, le nombre d’agressions sexuelles et de prostitués a fortement augmenté, relaie le site de la chaîne qatarie Aljazeera.

«Même s’il y avait des viols de jeunes filles et même de bébés avant le coup d’état, cela restait exceptionnel. Mais maintenant les choses sont différentes», explique une productrice locale.

De plus, les coupables ne sont pas toujours condamnés, rappelle la ministre de la Justice Nadia Rakotomala. Les victimes ne portent pas toujours plainte. C'est pourquoi il est difficile de chiffrer avec exactitude l'évolution de ce phénomène:

«Ils ne sont pas systématiquement signalés, les gens ne considèrent pas cela comme un crime. Mais ils considèrent cela comme une activité commerciale et culturelle normale».

Pour éviter que leurs enfants soient victimes d’agressions ou se prostituent, certains parents ont trouvé une alternative: ils marient leurs filles dès l’âge de 12 ans. Ne pouvant pas subvenir à leurs besoins, les familles perçoivent la dot fournie en bétail ou en monnaie. Comme une bouée de sauvetage sur laquelle ils peuvent se reposer un certain temps.

Cette pratique est courante dans les campagnes et dans certaines grandes villes de l’île, même si la loi interdit les mariages de personnes de moins de 18 ans depuis 2007. Selon Afrik.com qui a interrogé Esther Volonan, présidente de l’association Avenir (qui lutte contre toutes formes d’injustice à Madagascar), ce texte n’a pas éradiqué les mariages précoces.

«Des milliers de jeunes filles sont forcées de se marier très tôt… Dans les campagnes c’est une coutume », affirme la militante.

Autre alternative, le placement des jeunes filles dans des maisons d'accueil au village. C’est un endroit où elles vivent en communauté en attendant de décider ce qu’elles vont faire plus tard. Une maison de transition à mi-chemin entre la tutelle parentale et l’indépendance. Toutefois, c’est souvent le dernier rempart avant l’exploitation et la prostitution.

A l’approche du second tour de l'élection présidentielle, prévu le 20 décembre, le pays demeure en suspens : si le résultat de cette élection qui oppose Jean-Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina est accepté sans violence, Madagascar devrait retrouver son climat paisible, ainsi que les nombreuses donations suspendues après le coup d’état de 2009.

Slate Afrique
Vola Rasoamanana

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar