Alerte Infos

Madagascar : malgré leur absence, les ombres de Ravalomanana et de Rajoelina planent sur le scrutin

Jeudi 24 Octobre 2013

Madagascar : malgré leur absence, les ombres de Ravalomanana et de Rajoelina planent sur le scrutin
A Madagascar, les caravanes de campagne des 33 candidats poursuivent leur mobilisation. C’est le dernier jour hier pour convaincre les indécis. Mais de nombreux Malgaches s’énervent et s’inquiètent de l’influence des deux leaders de la vie politique du pays : l’actuel président de la transition, Andry Rajoelina, et l’ex-président en exil en Afrique du Sud, Marc Ravalomanana.

Avec notre envoyé spécial à Antananarivo,

« Les candidats les mieux placés dans la course à la présidence sont tous dépendants de leur mentor », déclaration d’un journaliste politique d’Antananarivo la capitale, « dans le fond, c’est une campagne électorale, une lutte de clans par personnes interposées » ajoute un autre.
Sur le grand marché de la capitale, les badauds n’en pensent pas moins. « Il y a quelques mois, on ne connaissait quasiment pas les candidats, on ne les connait pas beaucoup plus aujourd’hui, la population n’est pas dupe, ils roulent pour les puissants » raconte un commerçant. « Ravalomana, Rajoelina, ce sont eux qui ont l’argent, les réseaux. On se demande s’ils vont diriger dans les coulisses » explique un jeune vendeur.

Andry Rajoelina a-t-il dit son dernier mot ?

Stratégies différentes

Dans cette course au pouvoir, les deux leaders de la vie politique malgache n’ont pas pris les mêmes options. Marc Ravalomana, ex-président en exil en Afrique du sud depuis le coup d’Etat de 2009 a choisi un seul candidat, le docteur Jean-Louis Robinson. Cette entente électorale se voit partout dans les rues du pays, notamment sur les affiches de campagne, Robinson n’apparaît pas seul comme le veut la tradition, Marc Ravalomana et son épouse, Lalao, posent également avec « leur » candidat. Lors des meetings, lorsque madame est à la tribune, son époux, connecté via téléphone, appelle la foule à voter pour son poulain. Dernière déclaration du candidat Robinson, quasi inconnu sur la scène politique locale : s’il est élu chef de l’Etat, il prévoit d’inviter Marc Ravalomana à son investiture et de nommer la compagne de l’exilé premier ministre.

→ A (REVOIR : Madagascar: carte de la géographie électorale

Dans le camp d’en face, Andry Rajoelina est bien plus discret. Il n’a apporté à un aucun candidat. Pas d’annonce, pas de déclaration dans la presse. Quatre candidats flirtent avec le président de transition. Froissés par le manque de soutien, certains sont en froid avec Rajoelina, notamment l’ancien Premier ministre Camille Vital et l’ancien vice-Premier ministre en charge de l’Aménagement du territoire, Hajo Andrianainarivelo. En froid car en coulisses, le chef de l’Etat de la transition semble avoir fait son choix : Héry Rajaonarimampiana, ancien ministre des Finances et du Bugdet, a les faveurs de la présidence.

Les détracteurs d’Héry notent d’ailleurs que le candidat est largement diffusé dans les médias publics. Reste que le résultat de cette élection à 33 candidats est plus qu’incertain et que Rajoelina pourrait rapidement retourner sa veste si « son » candidat n’est pas au second tour.

La crainte d’un scénario à la russe

L’inquiétude des Malgaches qui sont loin de croire à une sortie de crise, c’est que Ravalomana ou Rajoelina dirigent le pays en sous main une fois « leur candidat » au pouvoir. « Un scénario à la ruse du type Medvedev-Poutine, on n’en veut pas » raconte un étudiant en médecine. « Cette idée m’énerve, ils n’ont qu’une idée en tête, s’accrocher au pouvoir au détriment des gens. Ils sacrifient le peuple à leur profit » ajoute un commerçant. Dépité par cette situation de crise qui perdure, un universitaire enchaîne : « on ne veut plus être dirigé par un DJ ou un laitier, on veut un intellectuel ». Rajoelina n’est plus DJ, Ravalomana n’est plus laitier mais leur soif de pouvoir semble intacte. Un chauffeur de taxi conclut : « On en a ras le bol, Ravalomana et Rajoelina ne savent pas ce que vivent les malgaches, à quel point la vie est dure. Mais qu’ils n’oublient une chose, attention à la colère du peuple car les Malgaches lorsqu’ils bougent, rien ne peut les arrêter.»

(source : RFI)

C. R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar