Alerte Infos

Madagascar : présidentielle - La Cour éléctorale spéciale confirme sa décision

Vendredi 7 Juin 2013

Madagascar : présidentielle - La Cour éléctorale spéciale confirme sa décision
La Cour électorale spéciale (CES) est ferme contre la révision de sa décision sur la liste des candidats. La résolution ne donne qu'une infime marge de manœuvre à la transition pour convaincre la communauté internationale de reconnaître la présidentielle. (source : lexpressmada.com)

L'affaire se corse et le temps commence à manquer pour éviter l'irréparable. La Cour électorale spéciale (CES) n'accède pas aux demandes de révision de la liste des candidats dans le but d'évin­cer Andry Rajoelina, président de la Transition, l'ancienne Première dame Lalao Ravalomanana et l'ancien président Didier Ratsiraka, de la course à la présidentielle.
« Lesdites requêtes sont déclarées irrecevables », a décidé la CES hier en début d'après-midi. Elle répond en une seule fois aux requêtes formulées, à tour de rôle, par le Premier ministre Omer Beriziky, par les organes prévus par la Feuille de route et les hauts responsables des Forces armées et par le Comité pour la réconciliation malgache (CRM), au nom des résolutions du conclave d'Ivato.

La Chambre spéciale au sein de la Haute cour constitutionnelle (HCC) explique sa position par le caractère irrévocable de sa décision. « Les arrêts, avis et décisions de la Cour de céans ne sont susceptibles d’aucune voie de recours », argumente-t-elle, refusant de céder à une tentative de tour de force du conclave d'Ivato pour prendre une initiative sans base juridique.

La décision de la CES, logique envers elle-même, place le processus électoral dans une position inconfortable. Le régime de transition et les acteurs politiques n'arrivent pas à proposer une solution politique et technique, légale, pour régler le retrait des trois candidats dont la communauté internationale exige le retrait.
Leonardo Simao indique le refus des partenaires techniques et financiers de cautionner des « irrégularités » dans la décision établissant la liste des candidats. Or, les trois candidats ciblés ne donnent pas encore de garantie d'un désistement, du moins pour l'instant. « La communauté internationale ne pourra jamais s’associer à des actes qui violent la constitution d’un État membre (…) Je ne crois pas [si la CES maintient la triple candidature]. L’implication de la communauté internationale sera détruite », prévient-il.
Le temps risque de manquer pour tenir une élection présidentielle le 24 juillet tout en satisfaisant l'exigence des partenaires techniques et financiers. À entendre Leonardo Simao, membre de l'équipe de médiation de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), la position de la communauté internationale est claire : « Des mesures d'encouragement ou pour se retirer du processus malgache », a-t-il mis en garde, hier avant son départ.

Anomalie à corriger
Un sommet de la SADC est prévu se tenir à Maputo dimanche pour examiner le dossier malgache. Il est suivi d'une réunion du Groupe international de contact (GIC) à Addis-Abeba, le 26 juin, jour de la Fête nationale. « Ils vont prendre les décisions nécessaires », soutient Leonardo Simao. Jusqu'à maintenant, la menace d'une non-reconnaissance des résultats des élections plane en cas d'élection avec la présence des trois candidats.

Le régime de transition ne donne pas encore d'orien­tations claires sur ce qu'il compte faire. Tout n'est pas encore clair si les autorités tentent encore de « corriger l'anomalie », selon Leonardo Simao, en proposant un amendement de la loi sur la présidentielle afin de permettre le retrait des candidats. L'on ne sait pas non plus si le gouvernement envisage le report du scrutin pour régler le dossier.

Andry Rajoelina, président de la Transition, a clamé l'union sacrée pour « dégager des solutions communes », selon le communiqué officiel, lors du conseil des ministres, à Iavoloha hier. Le candidat à la présidentielle a demandé « toutes les dispositions légales, utiles et nécessaires, pour éviter que la Nation sombre dans la catastrophe ». Un conseil du gouvernement est programmé aujourd'hui afin de « prendre les mesures idoines ».
Interrogé sur la suite de l'initiative d'Ivato, Sylvain Rabotoarison, président du Comité de réconciliation malgache (CRM), indique qu'il « n'a encore rien à dire ». De leur côté, les forces de l'ordre se contentent d'un communiqué, qui se veut rassurant, sur leur position. Elles promettent de « poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise, tout en assurant la protection des biens et des personnes ainsi que les institutions selon la loi », selon le communiqué lu par les responsables de la communication des Forces armées et de la police.
Dans la matinée d'hier, tous les hauts responsables de l'armée, de la gendarmerie et de la police se sont donné rendez-vous du côté de la Coupole, au ministère de l'Intérieur, à Anosy. Selon certaines indiscrétions, les participants à la réunion se seraient convenus d'attendre la décision de la CES avant de se concerter à nouveau.

Beriziky en conseil des ministres
Un conseil des ministres particulier s'est tenu à Iavoloha hier. Le Premier ministre Omer Beriziky a cru bon d'assister à la réunion, contrairement à sa déclaration d'il y a quelques jours. Il avait indiqué qu'il va cesser de participer aux conseils des ministres tant que le cas du candidat-président Andry Rajoelina n’est pas clarifié.
Le communiqué du conseil des ministres se réjouit de la présence de la « quasi-totalité » des membres du gouvernement. Des sources au courant du dossier apportent pourtant un autre son de cloche pour signaler l'absence des membres du gouvernement issus de la mouvance Ravalomanana, à l'exception de Ruffine Tsiranana, ministre de la Décentralisation. La conséquence de la décision de la CES, maintenant la liste des candidats et donc la candidature de Andry Rajoelina, non-démissionnaire, serait avancé pour expliquer cela.
D'autres membres du gouvernement n'ont pas non plus pris part au conseil des ministres. C'est le cas de ceux qui sont candidats à la course à la magistrature suprême.

Iloniaina Alain
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar