Alerte Infos

Madagascar : terre de biodiversité et commerce équitable

Vendredi 24 Avril 2015

Malgré sa classification par l’ONU dans le groupe des “pays les moins avancés”, Madagascar a de nombreux atouts : la position géographique de l’île, qui s’étend sur 1 580 km, et son climat tropical favorise le maintien de la biodiversité.

Conscient de cette richesse incomparable, dès 2003, le président Ravolomanana a choisi de multiplier les aires protégées afin de les préserver. Autre levier important de développement pour l’île, le commerce équitable qui assure aux populations un revenu digne et des conditions de travail décentes.

Grâce aux liens diplomatiques et culturels forts (le français est la seconde langue officielle de ce pays multi-culturel), de nombreuses entreprises françaises font le choix d’un commerce équitable et d’une production biologique. Comme Astérale, ces entreprises confortent la politique actuelle de respect de la nature et pérennisent les activités économiques sur l’île de Madagascar.

Astérale : la richesse des plantes exotiques au service de la communauté locale

Précurseur d’une éthique entrepreneuriale, la société Astérale développe une filière bio et équitable depuis 2002 avec Madagascar. Simon Lemesle nous confie « avoir choisi Madagascar suite à une expérience professionnelle dans ce pays et du fait de liens familiaux. Nous intégrons des principes d'équité dans chaque activité ce qui se traduit par des engagements sur les prix, engagement d'achat, formation ainsi que des projets sociaux».

Leur souci de préservation de l’environnement leur permet d’obtenir, dès 2005, le label Nature et Progrès, qui démontre l’engagement de la société pour le respect des salariés, des hommes et de l’environnement. En effet, les plantes de culture sont sans OGM, et sont obtenues sans aucun engrais chimique ni pesticide de synthèse.

Pour toutes les huiles exotiques, Astérale récolte principalement sur deux exploitations : la ferme de Mahatsinjo et le domaine d’Ambohitsara. Six producteurs sont associés, pour la plupart des petites structures, qui cultivent et distillent principalement voire exclusivement pour Astérale,

« Au-delà de l’environnement et de l’éthique des échanges commerciaux, nous avons souhaité donner une dimension sociale et culturelle autour du projet de la ferme de Mahatsinjo. Pour faciliter l’accès à l’éducation, la culture et favoriser l’accès au travail pour les femmes. C’est pourquoi nous avons choisi d’implanter une crèche et une bibliothèque grâce à notre association www.mimosa-asso.com. La crèche était une vraie priorité comme nous employons une majorité de femmes pour les cueillettes et la préparation des plantes avant distillation. La bibliothèque est encore en cours de mise en place : l'organisation est définie, elle sera principalement destinée aux enfants de l'école primaire et collège du village, mais l'inventaire n'est pas encore informatisé. Nous pensons démarrer en juin. »

En France, Astérale a choisi d’acheter ses lavandes à des amis producteurs bio, Claire Montesinos et Sylviane Reina, alors que la Menthe poivrée provient de Cailleau Herbio dans le Maine et Loire.

Petite astuce de printemps de Simon Lemesle :

Au printemps, rien de tel qu’une petite cure pour se sentir mieux dans sa peau. Astérale livre ici quelques recettes pour tonifier, drainer ou régénérer.

Pour le foie, après les excès des fêtes : une cure d'eau florale de Romarin verbenone (8 pressions du spray dans un verre d'eau le matin avant le petit déjeuner) pendant 3 semaines suivi par une cure d'huile essentielle de curcuma frais (1 goutte dans une cuillère à café d'huile végétale alimentaire en début de repas une fois par jour).

Pour stimuler les reins, on vous conseille 2 gouttes d’HE d'helichryse faradifani dans une huile végétale, en application locale dans le bas du dos, le matin pendant 1 mois.

NatMad : un tour du monde capote, pour le meilleur!

Il y a 20 ans, Nathalie et Jean-Charles sont déjà amis et décident de financer un tour du monde avec une idée saugrenue « J’avais construit un vélo magique dont la roue tournait dans le sens inverse du guidon, raconte Jean-Charles Joseph. Simple mais très casse gueule… Nathalie et moi, on s’installait sur les places publiques et on prenait les paris. Qui arrivait à faire trois mètres gagnait un teeshirt, sinon c’était 10 francs pour nous ». Arrivés à Madagascar, 10francs n’ont pas la même valeur qu’à Paris et le tour du monde s’arrête là ! En 2005, après avoir sillonné l’île et découvert le talent des artisans Malgaches, et ils créent NatMad, une petite entreprise qui recycle des sacs de courriers « La Poste ».

Pour NatMad, travailler à Madagascar est donc une évidence « On pourrait peut-être fabriquer moins cher en Chine, mieux, non… résume Jean-Charles. Ici, les artisans connaissent leur travail sur le bout des ongles, ils peuvent réaliser un prototype juste avec leurs mains et une paire de ciseaux. »

10 ans plus tard, près de 500 personnes travaillent à Madagascar pour la marque, avec la responsabilité que cela implique pour la société. En marge des sacs et des accessoires pour boutiques en matériaux recyclés, la marque souhaite développer une offre de produits à base de tongs ramassées sur les plages. « Non seulement pour aider à dépolluer Madagascar des milliers de tongs qui échouent sur ses côtes chaque année, mais aussi pour donner du travail aux villages défavorisés du sud de l’île »

La réciprocité de l’échange va très loin « certains modèles NatMad sont toujours produits pour faire travailler les artisans qui n’ont pas l’électricité donc pas de machines! Le commerce équitable, ce n’est pas uniquement de payer correctement les gens. C’est de transformer des relations de travail en des aventures humaines positives. »

Pour la marque pas besoin de concepts compliqués pour expliquer le commerce équitable, il suffit de savoir si les gens qui collaborent à l’entreprise s’épanouissent ou non. Si tout le monde s’épanouit et que les produits sont beaux, c’est non seulement équitable mais très satisfaisant. Et Jean-Charles de conclure « Ici, je peux faire ce que j’aime : ne pas jeter, transformer ». Des valeurs à partager !

L’île de Madagascar apparaît donc comme une destination unique : pour les entrepreneurs d’avenirs, ceux qui agissent en faveur de l’environnement et des populations ainsi que les amoureux de la nature. Conscient que les erreurs commises sur d’autres territoires ont nui aux espèces, Madagascar propose préférentiellement une offre “écotouristique” et solidaire. De nombreuses ONG et associations travaillent à développer des offres qui comblent les voyageurs tout en préservant les ressources naturelles ainsi que les valeurs culturelles de la population locale.

Source : aboneobio.com
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar