Alerte Infos

Mahajanga : des pêcheurs réclament la restitution des Îles Éparses

Samedi 27 Février 2016

Les îles Éparses font l’objet d’un différend entre Madagascar et la France. Des pêcheurs malgaches, habitués à pêcher dans la zone, y ont été expulsés manu militari.

L’Association des pêcheurs de Mahajanga (APM) et le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CRAM) revendiquent la restitution des îles Eparses, censées être malgaches, à l’État malgache. Telle a été leur déclaration lors de la conférence de presse, le vendredi 20 juin après-midi à l’hôtel L’Escale de la Plage. En fait, des pêcheurs de cinq bateaux malgaches ont subi des exactions lors de leur interception, le 29 mars dernier, par les militaires français de la frégate de surveillance « Nivôse » des Forces armées dans la zone Sud Océan Indien (FAZSOI) …..

« Les pêcheurs ont leur part de responsabilité dans le développement économique du pays. Les corps de sept pêcheurs sur les 21 personnes ayant pêché dans le lagon, le 29 mars dernier, restent, aujourd’hui, introuvables à la suite d’une forte tempête », ont-ils révélé lors de cette conférence de presse.

Ils se demandent alors si Madagascar n’a plus le droit d’appliquer la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM). En principe, un État côtier exerce ses droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources dans son espace maritime. Et les îles Éparses se trouvent à 80 miles de la côte ouest de Mahajanga, soit à 150 km à vol d’oiseau de Madagascar. Les pêcheurs et le CRAM se demandent si cette zone est vraiment une zone économique exclusive française, comme le prétend le communiqué du 8 avril de la Préfecture de La Réunion.

« L’association des pêcheurs de Mahajanga et le CRAM demandent aux autorités compétentes de Madagascar et la Communauté internationale d’agir en faveur des pêcheurs malgaches. Nous avons besoin de travail pour une exploitation responsable et économiquement viable, socialement acceptable pour un développement durable. Nous devons travailler car la crise a trop duré, et le chômage et la pauvreté gagnent du terrain », ont déclaré les représentants des pêcheurs.

Le CRAM envisage la création prochaine d’un Conseil national pour la restitution des îles Eparses. Selon ce cercle, il sera composé de militaires, d’experts en Droit de la mer, d’économistes ainsi que de patriotes malgaches. Ces iles regorgent d’une multitude de richesses, dont du pétrole.

Îles Éparses : les témoignages des expulsés

Des pêcheurs ont témoigné des exactions et des agressions dont ils ont été victimes ce jour du 29 mars. Sept personnes ont disparu suite à une forte tempête. Leurs cadavres restent jusqu’à aujourd’hui introuvables. Les familles attendent la suite des enquêtes sur ces disparitions.

« Nous étions surpris par le cyclone ce jour-là, près de Tambohorano. Mais quand les militaires nous ont arrêtés, ils ont confisqué et jeté à la mer tous nos matériels, les nourritures et l’eau. Les GPS ont été aussi détruits et nous n’avons pas pu nous orienter. Le bateau a alors coulé, mais heureusement douze personnes ont survécu, tandis que deux corps sans vie ont pu être repêchés », a raconté Edson Govay.

« Un hélicoptère nous a pourchassés ainsi qu’une vedette rapide. Les militaires français ont arrêté notre commandant. Les matériels de pêche ont été jetés à la mer ainsi que toutes nos provisions sauf le carburant. Nous étions à bord du bateau « Velotsara », ce jour-là », a relaté Sylvain, un autre pêcheur. Les gens de mer ont avoué qu’ils s’introduisaient surtout la nuit dans la zone des îles Éparses afin de pouvoir pêcher, quand les garde-côtes dorment.

« Nous n’utilisons pas de matériaux métalliques car les militaires sont équipés de détecteurs puissants. C’est pourquoi nous sortons la nuit. Le jour, on se cache dans les forêts pour manger et se reposer », a témoigné Erico.

« Ils ont même menacé de faire exploser le bateau dénommé « Alovy ». Ils avaient intercepté trois bateaux la fois précédente. Cette fois, les garde-côtes français étaient furieux. Ils ne nous ont pas donné de nourriture ni d’eau pendant deux jours. « Un des nôtres a été frappé à coups de crosse de fusil », a affirmé le jeune Guyot Zafary.

Douze groupements de pêcheurs sont réunis au sein de cette Association des pêcheurs de Mahajanga (APM) présidée par Rudguey Johnson Ramanantsiraka. 99% d’entre eux résident à Ambalamanga dans le fokontany de Mahatsinjo-Mahajanga ville. « C’est toute une communauté de cette partie de Mahajanga qui vit des activités de la pêche. Les autres membres de l’APM sont issus d’Aranta, Belinta, Ampahazony et Antsahanitia ainsi que des pêcheurs de Grand pavois et de Boanamary », a expliqué le président.

Source : Clicanoo.re


1.Posté par Marcellin Jean Désiré le 29/02/2016 10:07
Ce problème devrait être résolu diplomatiquement / En parler au sommet de la francophonie ou dans le cadre de la coopération franco-malgache. Des décisions devront être prises pour mettre fin aux divergences entre les deux pays. Autrement, s'adresser à l'ONU de nouveau pour résoudre ce problème. La Justice Internationale est le dernier recours en cas d'échec dans les négociations.Nous proposons là, la démarche juridique. Nous espérons un consensus mutuellement avantageux pour les deux pays, tout en préservant l'amitié entre nos deux peuples.

2.Posté par Francky Sativa le 01/03/2016 13:31
1.Posté par Marcellin Jean Désiré le 29/02/2016 10:07
Ce problème devrait être résolu diplomatiquement / En parler au sommet de la francophonie ou dans le cadre de la coopération franco-malgache. Des décisions devront être prises pour mettre fin aux divergences entre les deux pays. Autrement, s'adresser à l'ONU de nouveau pour résoudre ce problème. La Justice Internationale est le dernier recours en cas d'échec dans les négociations.Nous proposons là, la démarche juridique. Nous espérons un consensus mutuellement avantageux pour les deux pays, tout en préservant l'amitié entre nos deux peuples.


CONNERIE DE FOUTAISE DE M*****. CONSENSUS AVANTAGEUX POUR LES DEUX PAYS??? VOUS ETES CON? JE SUIS DESOLE MAIS LA FRANCE NE RENDRA PAS CES ILES A MOINS D'UNE GUERRE. ARMONS NOUS CHEZ LES RUSSES ET PRENONS NOS ILES COMME ILS VEULENT QU'ON LES PRENNENT, PAR LA VIOLENCE. DE TOUTES FACON, LA FRANCE NE CONNAIT QUE CA, LA VIOLENCE, L'OPPRESSION, LE VOL ET L'APPAUVRISSEMENT DE L'AFRIQUE. L'AFRIQUE RESTERA L'ETERNEL DERNIERE A TABLE TANT QUE............

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar